×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Fès: Hausse des tarifs des tickets de bus

    Par L'Economiste | Edition N°:2122 Le 04/10/2005 | Partager

    . Encore une fois l’effet pétrole! . Les étudiants abonnés pourront utiliser leurs cartes même les week-ends et les jours fériés La Régie autonome des transports urbains de Fès (RATUF) a appliqué une augmentation des tarifs d’abonnements mensuels de 10 DH par mois et une hausse des prix des tickets de bus de 0,40 DH. La hausse est entrée en vigueur samedi dernier. «C’est l’effet pétrole qui justifie cette mesure», indique-t-on à la Régie. En effet, les prix des tickets de bus ont augmenté de 16%, notamment en raison de la hausse du carburant répercutée par la Régie sur ses 73 millions voyageurs annuels. «Cette décision a été prise lors du Conseil d’administration tenu la semaine dernière au siège de la wilaya», indique El Hassan Zahaf, directeur de la Régie. Et d’ajouter que, si les prix des carburants ont augmenté à deux reprises, au cours des mois de mai et d’août derniers, la consommation des hydrocarbures prévue pour 2006 nécessitera une enveloppe de 5 millions de DH de plus. Ce qui rend la situation plus compliquée, ce sont les augmentations enregistrées cet été au niveau du Smig qui se traduisent par un accroissement des charges du personnel de 4,5 millions de DH. Les membres du Conseil d’administration, dont les élus représentent les deux tiers, ont tous adhéré à cette décision. Sinon, l’impact négatif sur l’équilibre financier de la Régie pourrait être colossal. Il risque même de compromettre la continuité du service. Pour Zahaf, il était temps de procéder à une augmentation des tarifs. «Grâce aux mesures requises par le Conseil d’administration, nous allons assurer l’équilibre financier de la Régie et garantir la régularité de ses prestations et sa continuité», explique-t-il.Par ailleurs, la Ratuf exploite actuellement un réseau de 53 lignes permettant le déplacement des habitants de Fès partout dans la ville. Elle assure également la desserte de Sefrou ainsi que les principales banlieues de la capitale spirituelle. L’établissement public dispose de 248 véhicules dont 160 circulants, 23 de réserve, 50 immobilisés et 15 proposés à la réforme. Service public oblige, la Régie fait rouler ses bus sur des lignes dont la rentabilité n’est pas garantie, d’autant plus que ses tarifs ne suivent pas la logique du prix de revient mais souvent celle de la protection du pouvoir d’achat des usagers. D’ailleurs, depuis 2002, les tarifs appliqués sont restés inchangés. Dans le cadre de cette logique, l’établissement a traversé, depuis sa création en 1971, des périodes de croissance et de difficulté. Dernière nouvelle: la Régie autorise les étudiants et les élèves à utiliser leurs cartes d’abonnement même les jours fériés et les vacances. De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc