×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Affaires

    Fès et Meknès veulent créer un pôle touristique

    Par L'Economiste | Edition N°:2124 Le 06/10/2005 | Partager

    . Une première: Le vol Paris-Fès à 150 euros. Reste à créer des lignes pour les villes françaises de province. Un nouveau guide touristique pour FèsCOMMENT vendre une médina qui a permis à sa population de s’exercer dans les domaines variés de l’architecture, l’adduction de l’eau, les métiers artisanaux, les créations technologiques, l’art des jardins, la gastronomie, les sciences de la culture? En plus clair, comment faire de Fès et Meknès un pôle touristique?Pour répondre à ces questions et redynamiser l’activité touristique de Fès et Meknès, l’Office national marocain du tourisme (l’ONMT) a organisé, en collaboration avec le CRT-Fès, un séminaire de réflexion le week-end dernier. C’était en présence de TO français représentant des agences de voyages et des compagnies aériennes. Ces derniers étaient venus discuter des mesures nécessaires pour la relance du tourisme à Fès et Meknès. Outre la présentation des potentialités des deux cités impériales, la problématique de la desserte aérienne à Fès était à l’ordre du jour. Les responsables de la compagnie aérienne française Corsair, qui étaient de la partie, ont volé la vedette avec l’annonce d’une proposition très intéressante. Il s’agit d’une révision à la baisse du prix du billet d’avion, qui passe à 150 euros dans l’intervalle de la basse et moyenne saisons sur la destination Paris-Fès. Une décision qui a eu un écho favorable auprès de Driss Faceh, président du CRT. Ce dernier affiche d’emblée sa satisfaction et se dit conscient de l’importance de la baisse des tarifs de Corsair, qui va certainement encourager les touristes à venir séjourner à Fès. D’autres professionnels estiment que ce premier pas est une promotion considérable pour la destination. Toutefois, ils souhaitent la création de liaisons directes entre Fès et les villes françaises de province. Seule issue pour gagner de nouvelles parts de marché et soutenir l’opération de promotion, en collaboration avec les TO français.En tout cas, l’objectif assigné par l’ONMT est d’attirer quelque 73.000 touristes supplémentaires, dont 30.000 Français pour l’année 2006. Pour y arriver, il faut redéfinir la politique commerciale existante et mettre en œuvre une stratégie incitative. La conception de packages attractifs regroupant transport aérien et hébergement serait d’un grand apport. Le marketing promotionnel donnera un plus aussi. Fès est, outre une ville impériale, une ville de congrès, une destination golfique et de tourisme vert. Il faut travailler sur ces axes pour la promouvoir. A ce titre, les agences spécialisées et la presse touristique auront leur mot à dire. Localement, tout le monde veut faire de Fès une destination de séjour. Le développement du tourisme passera par la création de nouveaux circuits touristiques, la restauration des monuments historiques et des jardins arabo-andalous. Ce sont des actions sur lesquelles planchent autorités locales et élus. L’Ader-Fès, qui a été chargée de ces travaux, a en plus, réalisé un nouveau «guide des circuits thématiques avec le plan de la médina de Fès». Pour Mohamed Gherrabi, wali de la région Fès-Boulemane, le tourisme est une industrie sensible. Les mesures prises par le gouvernement à travers le PDR-Fès vont booster davantage la destination. «Il faut donc mener un travail de fond pour faire de Fès et Meknès un pôle touristique et une destination de choix», conclut Gherrabi.


    Objectif: 800.000 nuitées

    L’ONMT se penche sur la mise en place des conditions nécessaires concernant la multiplication de produits et la desserte aérienne afin que l’objectif du nombre supplémentaire de 30.000 clients français soit atteint le 31 décembre 2006 et parvenir donc à fin 2010 à 200.000 touristes français au total, avec un nombre global de 800.000 nuitées.De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc