×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Fès: Des profs protestent contre les marchands ambulants

Par L'Economiste | Edition N°:1480 Le 20/03/2003 | Partager

. Selon eux, l'accès à leur collège devient impossible avec les vendeurs amassés devant l'établissementLes élèves et les enseignants du collège Imam Ali ne peuvent presque plus accéder à leur établissement. Depuis le début de cette semaine, de nombreux marchands ambulants sont venus créer un souk improvisé devant l'établissement. Ce qui perturbe l'accès au collège. “Outre le fait que ces vendeurs bloquent l'entrée de l'établissement, on ne peut plus aussi enseigner dans un climat où les cris des marchands ambulants s'entendant dans les salles de cours”, proteste un enseignant.D'ailleurs, les 76 profs et 850 élèves du collège Imam Ali ont observé un sit-in mardi dernier en guise de protestation. L'administration du collège a constaté, lundi dernier, l'installation d'une centaine de marchands ambulants dans un parking jouxtant la porte principale de l'établissement. Une heure après, c'était devenu un véritable souk d'où se dégagent les odeurs de poissons et autres aliments. Jusqu'à nouvel ordre, les classes de sciences naturelles resteront fermées, car c'est la partie la plus touchée par ces odeurs et les bruits des commerçants.Selon l'administration du collège, il y a parmi les élèves des asthmatiques qui ne supportent pas ces odeurs. Des cas de crise d'asthme ont été enregistrés depuis l'installation de ce souk, ajoute la même source. Autre souci de la part de la direction du collège: les agressions et la vente de stupéfiant dans ce souk. “Ceci expose les élèves à un danger permanent et certains peuvent même être une proie facile pour commencer à consommer ces produits nuisibles et interdits”, commente un prof. Le bureau des parents d'élève ne cache pas pour sa part ses inquiétudes. Il demande une intervention immédiate du délégué de l'Education nationale pour résoudre cette situation. Contactée par L'Economiste, la wilaya affirme avoir pris connaissance du problème et que des études sont en cours pour recaser ces vendeurs ambulants.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc