×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Fès: Dar Taliba met ses locataires à la rue

    Par L'Economiste | Edition N°:1688 Le 21/01/2004 | Partager

    . Selon la Fondation Mohammed V, “les bénéficiaires ne répondaient pas au profil”. Membre de l'association Fès Saïss, le gérant regrette cette mesure ELLES étaient plus de 60 jeunes filles à pouvoir bénéficier d'un logement en louant à un prix symbolique une chambre à Dar Taliba (150 DH par mois). Des étudiantes, dont la plupart sont originaires de Marrakech, Agadir, Tanger, Nador. Depuis le 11 Janvier, ces étudiantes se retrouvent sans toit. Une situation qui reste “très embarrassante surtout en ce mois-ci qui coïncide avec la période des examens”, disent-elles. Originaire de Taza, une jeune fille affirme avoir abandonné son troisième cycle à cause de ce problème. Selon elle, “trouver un appartement convenable et à un tarif accessible est un rêve inabordable”. Le gérant de l'établissement, deux gardes et deux femmes de ménage… tous ont été évacués des lieux et privés des clés de l'établissement. C'est du moins ce qu'indique Taher Debbagh, directeur de Dar Taliba. Lequel, pour l'instant, tente de récupérer ses objets personnels laissés dans son bureau. “Je n'ai pu avoir que la clé du garage qui abritait jusqu'à lundi les valises des ex-locatrices”, ajoute Debbagh. Contactée par L'Economiste, Mme Zoulikha Nasri, conseillère de SM le Roi et membre de la Fondation Mohammed V pour la Solidarité, explique que la décision de fermeture de Dar Taliba en est une suite logique. Pour elle, l'objectif derrière la création de ces établissements, à Fès comme ailleurs, était de loger dans de meilleures conditions des jeunes filles défavorisées, handicapées ou celles les plus méritantes”. Les conditions d'accès, selon la conseillère, “n'ont pas été respectées et les responsables de l'établissement ont précipité les choses… ils ont fait profiter des chambres leurs proches et des personnes qui ne correspondent pas aux profils recherchés”. En tout cas, la décision d'évacuation est déjà prise. “Elle ne concernera pas les magasins mis en location par l'association Birr bi Al Fatayat… leur locataires ont un contrat de bail, ils ont déjà payé les loyers”, note Mme Nasri. Cependant, il y a des compteurs d'électricité, appartenant auxdits magasins, qui se trouvent dans le hall du local de Dar Taliba et auxquels le percepteur de la Radeef ne peut accéder. Reste à signaler que c'est l'association Fès-Saïss, en partenariat avec la Fondation Mohammed V, qui avait construit l'immeuble (Dar Taliba) sur 6 étages. Son coût de 1,3 million de DH a été supporté par la Fondation et la gestion administrative a été confiée à l'association Fès-Saïss. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc