×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Fès: Comment respecter l’identité urbanistique

    Par L'Economiste | Edition N°:3312 Le 05/07/2010 | Partager

    . Lutte contre l’habitat insalubre, formation du personnel…. 19.682 demandes d’autorisation de construction étudiées en 2009«IL faut que la région soit couverte dans sa globalité par le plan d’aménagement avant fin 2010». Les propos sont de Mohamed Rharrabi, wali de la région Fès-Boulemane. C’était lors de la 8e session du conseil d’administration de l’Agence urbaine et de sauvegarde de Fès (Ausf). Une session qui a été présidée par Abdesslam El Mesbahi, secrétaire d’Etat chargé de l’Aménagement de l’Espace. Ce dernier a saisi l’occasion pour rappeler la principale orientation du département de l’Habitat qui vise l’amélioration de l’environnement et le développement durable. D’ailleurs, dans le cadre de la Charte nationale de l’environnement, les 25 Agences urbaines que compte le pays se préparent à la certification Iso. Celle-ci se fera en 2012, précise El Mesbahi.Soucieux du retard que prend l’instruction des dossiers d’investissement au niveau de l’Ausf, Rharrabi a appelé, pour sa part, à plus de rigueur. Il a aussi souhaité le règlement définitif du dossier revendicatif des employés de l’Agence. «Ainsi, on éviterait les grèves continuelles et le temps perdu». Côté urbanisation, le wali a noté que «la production de l’architecture urbaine n’atteint pas un bon niveau alors que la capitale culturelle doit disposer d’une identité urbanistique harmonieuse en adéquation avec son histoire». Sur la même longueur d’onde, Hamid Chabat, maire de Fès, a souligné l’absence du cachet traditionnel «fassi» dans les nouvelles constructions. Selon lui, «une identité architecturale bien définie devra caractériser tous les futurs bâtiments». Aussi, pour Chabat, il est temps d’accélérer la lutte contre les baraques. En effet, Fès devait déjà être déclarée ville sans bidonvilles en 2007. Mais ce chantier s’est avéré difficile. Actuellement, le contrat «ville sans bidonvilles» est à mi-chemin: le taux de réalisation de l’opération a atteint seulement 67% à Fès. Le conseil d’administration de l’Agence a été l’occasion aussi de présenter son bilan d’activités au titre de l’année 2009. Il en est ressorti qu’avec 20 ans d’expérience, les 104 salariés (dont 53% de cadres) ont étudié quelque 19.682 demandes d’autorisation de construire. «82,5% de l’ensemble des demandes ont été acceptées», indique Abdelillah Laslami, directeur de l’établissement. Et d’ajouter, «ces autorisations concernent la construction de 51.075 unités dont 41.300 logements économiques et sociaux». Le bilan présenté par Laslami fait également état de 1.840 infractions dont 55% concernent l’habitat sans autorisation. Il a aussi été procédé à la validation de 97 projets par les commissions exceptionnelles. L’investissement projeté par ces projets dépasse les 15 milliards de DH.Pour ce qui est de son plan d’action 2010-2012, l’Agence devra finaliser les études de 15 documents urbanistiques au niveau de la région. L’année en cours sera marquée par la réalisation des projets de couverture aérienne et plans de restitution numérique pour plusieurs centres de Boulemane et Sefrou le lancement de la réalisation des plans d’occupation du sol de la périphérie sud de Fès et des plans topographiques relatifs à la restructuration de certains secteurs de Fès-Boulemane. Dès 2011, l’Ausf prévoit le lancement de 27 nouveaux documents d’urbanisme qui devront couvrir toutes les communes de la région. S’agissant de la restructuration, il est prévu la poursuite de la réalisation des études des projets initiés par Al Omrane-Fès au niveau de la périphérie. Le projet de stratégie de développement urbain de l’agglomération de Fès, l’étude d’hiérarchisation et de développement des centres ruraux de la province de Sefrou, et, entre autres, le schéma directeur des activités commerciales et de services de Fès, ne sont pas en reste. «Ce programme est caractérisé par la souplesse nécessaire à l’adaptation à la conjoncture locale et nationale, aux niveaux social, économique et institutionnel», conclut Abdelillah Laslami.


    Permanence au service des MRE

    Désormais, les Agences urbaines (AU) du Royaume devront assurer une permanence rien que pour les Marocains du monde. «L’objectif est de répondre à leurs demandes dans des délais courts», indique le secrétaire d’Etat chargé de l’Aménagement de l’espace. Et d’ajouter, par ailleurs, que «la finalisation du règlement intérieur de ces établissements et de leur statut, la généralisation des guichets uniques, la création de nouvelles antennes, l’appui du contrôle et la lutte contre les bidonvilles figurent aussi parmi les priorités». «Nous préparons aussi une loi sur l’intervention dans le tissu ancien pour résoudre une fois pour toutes les problèmes relatifs aux maisons menaçant ruine en médina», renchérit le ministre.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc