×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Fès: Comment promouvoir le tourisme spirituel

    Par L'Economiste | Edition N°:2654 Le 19/11/2007 | Partager

    . «Les ziyarates» incluent circuits et logement en 3 étoiles. 30 familles également sélectionnées pour accueillir les touristes Plus qu’une simple destination touristique, Fès est d’abord la capitale spirituelle du Royaume. A elle seule, elle incarne tout le passé rayonnant, toute l’histoire de cette ville qui demeure encore l’une des plus prestigieuses citées de l’Islam. Elle est dotée d’un des plus principaux centres spirituels, la confrérie Tijania, un haut lieu de pèlerinage pour l’ensemble de la communauté répartie dans de nombreux pays africains, soit plus de 100 millions de fidèles. En effet, le fondateur de la tariqa, Sidi Ahmed Tijani repose depuis 1815, année de sa mort, à Fès. Chaque année, la zaouia qui abrite le mausolée attire des milliers de pèlerins. C’est en quelque sorte «la Mecque des Tijanites ».Aussi, une nouvelle forme de tourisme, échappant aux nomenclatures habituelles (tourisme d’affaires, tourisme culturel), est en train de se développer dans la ville. De fait, le tourisme religieux ou spirituel, par l’infrastructure commerciale qu’il suppose, fait partie intégrante de l’industrie touristique. «A cet effet, nous développons de nombreuses actions en favorisant en particulier le pèlerinage tijani à Fès», indique Driss Faceh, président du Conseil régional du tourisme (CRT). Et d’ajouter que des packages attractifs, incluant vol et hébergement durant 8 jours en établissement de 3 étoiles, sont proposés en partenariat avec Royal Air Maroc. Par ailleurs, de nombreux projets de coopération, avec notamment le Sénégal, Mali et le Cameroun, ont été mis en place à l’occasion de semaines culturelles et gastronomiques que le CRT organise depuis 2 ans à Dakar, Bamako et Yaoundé…  Mais l’action-phare de 2007 reste sans aucun doute l’organisation du 1er Forum international des adeptes de la confrérie Tijaniya, qui a eu lieu à Fès du 27 au 30 juin dernier, sous l’égide du ministère des Habous et des Affaires islamiques (cf. www.leconomiste.com). L’évènement devrait être renouvelé tous les deux ans. . Gîte et couvertConscients de l’importance du tourisme spirituel, les responsables du CRT ont mis en place une formule originale d’hébergement: «le logement chez l’habitant». Sous le label qualité «ziyarates Fès», ce projet-pilote est désormais opérationnel. Ainsi, 30 familles ont été sélectionnées afin d’accueillir les touristes à partir de janvier 2008. Celles-ci devront offrir gîte et couvert dans les meilleures conditions. En échange, elles sont rémunérées. Le programme a été validé par une convention-cadre signée entre la wilaya de Fès, le CRT, l’Agence de développement social (ADS) et l’Union des associations de quartiers de la Médina. Déjà une quinzaine de maisons ont été mises à niveau, les autres sont actuellement en cours de restauration. Le CRT, pour sa part, assure la mise en place des procédures et des moyens nécessaires à la réalisation du projet «ziyarates Fès»: règlementations intérieures, rédaction d’un cahier des charges à signer avec les familles, charte d’éthique à respecter par tous les intervenants, etc. Il prend également en charge la promotion du projet et la production d’outils de communication: site Internet, dépliants, affiches et objets de promotion originaux faisant référence à la maison d’accueil. Quant à l’ADS, celle-ci propose des aides aux familles pour équiper leur maison. Les prêts sont remboursables sans intérêts et avec un différé de paiement d’une année.


    Label qualité

    De manière à garantir la pérennité de cette action, le label qualité «ziyarates Fès» a été pensé dans ses moindres détails: mise à niveau des demeures retenues, équipement des chambres, formation des familles d’accueil et mise en place d’une organisation pour la gestion du projet.En libérant une à deux chambres pour des visiteurs, les habitants bénéficient ainsi directement du souffle touristique qui permet de faire revivre la médina. Le projet est aussi l’occasion de faire connaître des pratiques sociales inaccessibles aux visiteurs étrangers (hospitalité, sorties au hammam, repas conviviaux). C’est l’Union des associations et amicales des quartiers de la médina qui se charge de gérer les réservations. Elle doit aussi assurer la liaison entre les clients et les propriétaires, et veiller au respect du cahier des charges. De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc