×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Fès: Boom de l’investissement touristique

Par L'Economiste | Edition N°:2225 Le 02/03/2006 | Partager

. Près de 600 millions de DH drainés en trois mois seulement . Maisons d’hôte: Fès sur les traces de MarrakechTrois mois après sa signature, ce PDRT commence déjà à avoir ses premières déclinaisons concrètes à Fès. Les projets foisonnent. En un seul trimestre, la ville a drainé près de 600 millions de DH d’investissement, soit plus du tiers des prévisions 2005-2015, soit 3 milliards de DH. En effet, après le lancement du projet de l’Académie internationale de tennis d’Henri Leconte, le mois dernier (cf. www.leconomiste.com), plusieurs opérateurs prospectent aujourd’hui la capitale spirituelle. Français, Italiens, Néerlandais, Emiratis et autres atterrissent chaque jour à l’aéroport Fès-Saïss. Les autorités de la ville s’engagent aujourd’hui à recevoir tout projet porteur. Souvent l’accord est signé le jour même et toutes les autorisations sont livrées dans un temps record. Label Vie, galeries marchandes, deuxième supermarché Acima, des hôtels, call center… Le Centre régional d’investissement (CRI) n’a jamais enregistré autant d’activité. Fouad Ouzzine, directeur du Centre, ne cache pas sa fierté. «C’est un véritable défi pour nous. La ville a les moyens pour concurrencer les villes pionnières dans le secteur du tourisme et attirer des groupes internationaux», souligne-t-il.Parmi les projets discutés par la commission des investissements la foire internationale. L’investissement est de 200 millions de DH. Son promoteur a loué un terrain communal d’une superficie de 15 ha, à un prix très encourageant (400.000 DH par an et pour une durée de 50 ans). Située à proximité de la nouvelle zone touristique de Oued Fès, la future foire internationale de Fès comprendra outre des halls d’exposition, un palais des congrès de 1.200 places, business center, un hôtel et un parc de loisirs.Autre projet immobilier d’envergure: les «villas beau soleil». Il s’agira de construire pour une clientèle de troisième âge 50 villas et l’aménagement des espaces verts. «En plus de l’hébergement, les résidents desdites villas auront droit à un service d’assistance professionnelle et un service hôtelier haut de gamme», explique Driss Faceh, président du CRT. Ce boom de l’investissement touristique est ressenti un peu partout dans la ville. Y compris dans la médina où les intermédiaires ont fait fortune. . Trois challengesLes maisons d’hôte qui se comptaient sur le bout des doigts, il y a quelques mois, sont passées à près de 250. Chaque jour, des promoteurs français, espagnols, britanniques et hollandais arrivent. L’engouement, c’est d’abord pour les ryads dont les prix varient entre 1 et 15 millions de DH. Trois autres challenges doivent être soutenus. D’abord renforcer la capacité litière. Cet objectif est déjà atteint en médina avec près de 1.000 lits. Ensuite renforcer les opérations de promotion. Ce à quoi s’attellent l’ONMT et le ministère du Tourisme. A ce niveau, une première mesure a porté sur les contrats comarketing avec les TO et le ministère du Tourisme. Un des axes de la nouvelle stratégie promotionnelle de l’ONMT pour cet année est le renforcement de la présence de Fès dans les marchés prioritaires. Selon Faceh, l’office du tourisme s’engage à allouer à la destination un budget global de promotion de 413 millions de DH sur la période 2005-2015. Dans le cadre du budget défini annuellement (53 millions de DH pour 2006), une enveloppe de 4 millions de DH sera allouée chaque année à la Fondation «Esprit de Fès», qui est chargée de gérer tous les festivals et événements participant à la promotion de la destination.Enfin, troisième défi, le renforcement de la capacité de transport, aérien notamment. C’est ce qui est prévu par le biais d’une augmentation du nombre de sièges. Il s’agit de porter le nombre de sièges de 132.000 sièges actuels à 543.000 à l’horizon 2015. Deux nouvelles liaisons avec Madrid et Barcelone sont d’ores et déjà annoncées. «L’accord d’open sky avec l’union européenne a joué favorablement pour le lancement de ces deux futures lignes», précise Faceh. Y. S. A.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc