×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Fès ambitionne de devenir une destination de séjour

Par L'Economiste | Edition N°:1692 Le 27/01/2004 | Partager

. La cité spirituelle porte toujours l'étiquette de «ville de passage». Elle vient d'accueillir Corsair qui entre dans le ciel marocain. Les hôteliers appelés à suivre pour concevoir des packages attractifs Le tourisme se développera certainement avec la baisse des prix des compagnies aériennes et l'arrivée de nouveaux concurrents. Corsair a inauguré son vol vendredi dernier en atterrissant à l'aéroport de Fès. Ministre de l'Equipement et du Transport, ministre du Tourisme et hôteliers, tous étaient au rendez-vous pour accueillir les voyageurs. Ebel Sebastian, représentant du directoire de la TUI (Touristic Union International) parmi d'autres personnalités était à bord. Les passagers ont trouvé un accueil chaleureux avec musiques folkloriques, thé et gâteaux. C'était la fête à l'aéroport. Avec les dessertes aériennes, il faut penser à concevoir des packages (aérien + séjour) à des prix attractifs. Si l'objectif de la liaison aérienne directe avec Paris est de désenclaver Fès, l'opération devra créer une certaine synergie. L'événement du vendredi vient exprimer la confiance des leaders internationaux à l'égard du Maroc, mais il faut que les hôteliers suivent. “Les efforts déployés par le gouvernement pour développer un produit touristique global et complémentaire doivent converger dans le même sens”. C'est du moins ce qu'a indiqué Karim Ghellab, ministre de l'Equipement et du Transport. Pour lui, la capitale spirituelle dispose d'énormes richesses et potentialités qu'il faut juste promouvoir. Les investisseurs touristiques doivent, selon Ghellab, réfléchir à de nouveaux produits en fonction des spécificités de leur région. Pour sa part, Adil Douiri, ministre du Tourisme a souligné, que l'objectif est de lancer un produit Fès, global et entier, afin que la ville ne soit plus une étape de passage dans le circuit des villes impériales. Fès se situe dans une région très riche, il faut qu'elle ait l'ambition d'avoir le même poids que Marrakech à l'échelle du tourisme national. Aujourd'hui, elle enregistre 550.000 nuitées. Il faut qu'elle vise, à court terme, au moins 1,5 million de nuitées par an.


Carte de visite

Corsair fait partie du groupe TUI, un des leaders des tour-opérateurs mondiaux. Originaire d'Allemagne, la compagnie aérienne détient 94 appareils de 360 places. Ses responsables affirment qu'ils pourront remplir jusqu'à 450 places dans quelques semaines. Corsair est présente dans 16 pays d'Europe. Son chiffre d'affaires global est de 20,3 milliards d'euros. Elle organise annuellement plus de 20 millions de voyages et dispose de 3.700 agences et 280 hôtels.


Question à Adil Douiri

- L'Economiste: Quelles sont vos ambitions pour Fès avec l'arrivée de Corsair?- Adil Douiri: Fès est une destination comparable à Florence, Cordoue ou Grenade. Elle peut s'aligner sur les objectifs de volumes que reçoivent ces villes et avoir une stratégie offensive de commercialisation d'une destination autonome. Fès est très riche. Elle a un patrimoine magnifique à montrer aux touristes. Il faut simplement que nous travaillions avec des normes. Les vols directs de Corsair en sont une première étape, mais il faut créer d'autres vols en provenance de Madrid, Barcelone, Munich et Londres. Des brochures et des plans seront préparés par l'Office. Ça sera avec la constitution des Conseils régionaux de tourisme (CRT).C'est là que les professionnels doivent expliquer aux élus les difficultés et les convaincre de dépenser le budget de la ville pour améliorer le produit touristique afin de générer des recettes. Ces CRT ont maintenant un budget qui leur est réservé par l'Office. C'est la première fois que l'OMNT a des budgets régionaux de promotion.


Question à Karim Ghellab

- L'Economiste: Y a-t-il d'autres dessertes qui se préparent pour la ville de Fès?- Karim Ghellab: Il y aura quatre vols directs RAM qui s'ajouteront aux deux assurés par Corsair. Nous comptons sur, justement, l'effet déclencheur de cette opération. Le plus dur c'est le premier pas et par la suite, dans notre démarche, nous allons poursuivre ces efforts avec d'autres tour-opérateurs avec d'autres accords qui visent la ville de Fès. Nous espérons que cette opération soit réussie. Nous avons convaincu TUI d'investir. Nous accompagnons cela par tous les moyens possibles.Il faut que cette phase de développement marche. Il est impératif qu'à la fin de l'année 2004, ce TO soit heureux et cela dépendra des opérateurs touristiques et de l'accueil du touriste à Fès. Nous avons octroyé cette ligne à Fès en contrepartie de l'entrée et la libéralisation sur Marrakech. Nous continuons nos efforts pour que d'ici à fin de l'année, soit concrétisée une autre liaison aérienne avec Fès. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc