×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Fès: 42 millions de DH pour la région

Par L'Economiste | Edition N°:2624 Le 04/10/2007 | Partager

. Développement du réseau routier, plate-forme pour le bipôle… . Sefrou au cœur des priorités LE conseil de la région a tenu sa session du mois d’octobre jeudi dernier. La séance a été notamment marquée par la présence de Mohamed Debbagh, élu de l’USFP et ancien président de l’arrondissement Fès-Médina. A noter que ce dernier a boudé plusieurs sessions régionales. Pis encore, depuis son accrochage, lors d’une session communale datant de 2004, avec le maire, Hamid Chabat, concernant «les ânes de la commune» (cf.www.leconomiste.com), l’élu usfpéiste a brillé par son absence. Et même présent, Debbagh s’est abstenu de participer au vote. Ce qui n’a pas empêché les conseillers d’approuver le budget de fonctionnement quasiment à l’unanimité. Ainsi, 42 millions de DH sont octroyés pour les différents chantiers au programme. Cela représente une hausse de 16,6% par rapport à 2007, mais cela reste insuffisant dans la mesure où la tâche est colossale, notamment dans le périmètre urbain et les zones rurales. Selon le montage du budget, les recettes budgétaires de la région seront assurées à hauteur de 33,33% par l’impôt sur le revenu. Le complément est assuré par l ’impôt sur les sociétés (30,95%) et les taxes sur les contrats d’assurance et autres taxes que le receveur des Finances collecte pour le compte de la région (35,72%). Côté dépenses, la plus grosse part est absorbée par les dépenses dites de gestion et estimées à 12,63 millions de DH. Les traitements, salaires et indemnités du personnel représentent plus de 30%. Une enveloppe de 4,07 millions de DH a été réservée au soutien du travail social (associations sportives, culturelles et établissements de bienfaisance de la région). A noter que la région participe à hauteur de 800.000 DH dans l’organisation du salon international de l’agriculture de Meknès. Le reste, soit 24,22 millions de DH (58% du budget), sera programmé lors de la prochaine session. Mais déjà l’on sait que le programme sera basé sur les pôles économiques. A cet égard, le conseil portera sa demande auprès des hautes instances pour aménager une autoroute reliant Fès-Meknès et le port TangerMed. Une partie de son budget ira à l’édification d’une plate-forme pour le bipôle Fès-Meknès et d’une double voie rapide entre les villes de Fès et Sefrou. Il s’agit, pour le conseil régional, de combler les déficits des localités défavorisées. Ainsi, un Programme régional pour le développement de l’économie sociale (PDRES) est à l’étude. «Celui-ci constitue une feuille de route pour le développement des activités génératrices de revenus. Il s’agit de lutter contre l’exclusion et le chômage», indique M’hamed Douiri, président de la région. Et d’ajouter que ce projet sera porté avec la collaboration du ministère du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie sociale. La convention a été signée le 14 juillet dernier. Le projet est estimé à 1,2 million de DH. Il sera financé à hauteur de 700.000 DH par la région. Le reste, 500.000 DH, sera pris en charge par le ministère partenaire. L’objectif étant d’élaborer une vision claire pour le développement des zones pauvres de la région et ce, en adéquation avec les objectifs de l’Initiative nationale de développement humain (INDH). Dans ce sens, le conseil lancera incessamment une étude préliminaire. Celle-ci devra aboutir à un diagnostic détaillé pour la mise en place d’une banque de projets au profit des populations défavorisées.


Retard

SEFROU a été, la semaine dernière, le théâtre d’actes de vandalisme. Une manifestation contre la vie chère a en effet dégénéré (cf. www.leconomiste.com). La petite ville, qui abrite 259.254 habitants, affiche un taux de pauvreté alarmant, soit 16%. L’analphabétisme et le chômage touchent respectivement 46 et 35% de la population. L’indice de vulnérabilité se situe, quant à lui, à 13,56%. Malgré ces taux éloquents, la ville de Sefrou n’a pas bénéficié pleinement de l’INDH surtout en ce qui concerne la lutte contre l’exclusion urbaine. Le conseil régional promet aujourd’hui de combler cette lacune.De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc