×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

FAO: Conférence régionale sur fond d’envolée des prix

Par L'Economiste | Edition N°:2757 Le 16/04/2008 | Partager

. Appels multiples pour défendre l’agriculture et le droit à l’alimentation. Les biocarburants accusés de réduire les surfaces de cultures vivrières LA 30e Conférence régionale de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’est ouverte lundi dernier à Brasilia avec, en toile de fond, l’envolée du prix des céréales, qui a provoqué des émeutes de la faim dans plusieurs pays pauvres. Cette conférence rassemble jusqu’à vendredi prochain 33 pays latino-américains et des Caraïbes qui devraient tenter de concilier le développement des biocarburants, dont le Brésil est le champion, avec la sécurité alimentaire des plus démunis. Lundi dernier, les participants à un Forum pour la souveraineté alimentaire, dont le mouvement paysan international Via Campesina, ont demandé un «moratoire» sur les biocarburants.«Nous rejetons les biocombustibles et demandons un moratoire car la production agricole en vue de produire de l’énergie est en train de provoquer cette crise alimentaire et la hausse des prix», a déclaré Mario Ahumada, porte-parole de ce forum dont les conclusions seront présentées en séance plénière.«Nous devons nous faire entendre pour que la FAO remplisse son rôle qui consiste à défendre l’agriculture et le droit à l’alimentation», a dit Francisca Rodriguez, de l’Association des femmes rurales et indigènes du Chili. Lors des journées de lundi et mardi 15 avril, c’est le Comité technique qui se réunissait pour débattre d’un rapport intitulé «Opportunités et défis de la production de biocombustibles pour la sécurité alimentaire et l’environnement».Ce document, qui sera présenté lors de la séance plénière qui s’ouvre aujourd’hui en présence du directeur de la FAO, Jacques Diouf, du président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, et des ministres de l’Agriculture de la région, devrait être soumis à l’approbation des participants. Si le développement du secteur des biocarburants a ouvert de nouvelles perspectives économiques pour des pays comme le Brésil, il est également accusé par des ONG de réduire les surfaces de cultures vivrières et de pousser à la hausse les prix des produits agricoles.Des études de la FAO montrent que l’augmentation de la demande alimentaire dans les pays émergents va de pair avec une hausse du prix des produits agricoles, un phénomène qui a provoqué des émeutes dans des pays comme Haïti. «On va vers une très longue période d’émeutes, de conflits, des vagues de déstabilisation régionale incontrôlable, marquée au fer rouge du désespoir des populations les plus vulnérables», a estimé Jean Ziegler, rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l’alimentation, dans un entretien au quotidien français Libération publié lundi 14 avril.Par ailleurs, les appels à la mobilisation internationale se multiplient pour faire face aux crises alimentaires qui menacent la planète, la France appelant l’UE à augmenter sa production agricole, tandis que les Etats-Unis ont débloqué lundi dernier une aide d’urgence de 200 millions de dollars.«Il va falloir doubler la production agricole mondiale d’ici à 2050 pour nourrir 9 milliards d’habitants sur la planète», a souligné le ministre français de l’Agriculture, Michel Barnier, en proposant une initiative pour la sécurité alimentaire dans le monde à ses partenaires européens.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc