×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

FAO: 800 millions de personnes souffrent de sous-alimentation : Le Maroc félicité pour sa gestion de l'eau

Par L'Economiste | Edition N°:224 Le 04/04/1996 | Partager

Lutter contre la faim dans le monde: c'est la mission dévolue à la FAO. Face à l'aggravation de la situation alimentaire mondiale, M. Jacques Diouf, directeur général de l'organisation, tire la sonnette d'alarme et félicite au passage le Maroc pour sa politique de l'eau.

Petit hochement de tête de M. Hassan Abouyoub, ministre de l'Agriculture et de la Mise en Valeur Agricole, en signe d'approbation. M. Abdelaziz Meziane, son homologue des Travaux Publics et prédécesseur dans ce département, adopterait certainement une attitude similaire s'il était présent. Le pourquoi? M. Jacques Diouf, directeur général de la FAO, Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture, venait de "rendre hommage" au Maroc pour l'efficience de la gestion de ses ressources hydrauliques, notamment à travers la politique des barrages, lors de la conférence de presse tenue en marge de la 23ème Conférence Régionale de l'organisation internationale pour le Proche-Orient et l'Afrique du Nord tenue du 26 au 30 mars à Rabat. M. Diouf mettait ainsi l'accent sur l'importance et la nécessité de la maîtrise de l'eau. Poussant plus loin son analyse en répondant à une question relative à l'échec de la révolution verte en Afrique, contrairement à l'Asie et à l'Amérique Latine, le directeur général de la FAO a souligné que, sur ce continent, 92% des terres arables dépendent des eaux pluviales, alors que les 8% mis en valeur grâce à l'irrigation produisent 20% de la production agricole. De quoi revigorer le MAMVA qui a initié un Programme National d'Irrigation 1993-2000 portant sur 1 million d'ha.

Droits de l'Homme et alimentation

L'eau, une ressource sans laquelle tout développement de l'agriculture est remis en cause, figure en bonne place sur la liste des défis qui se profilent à la veille du troisième millénaire. Dans cette optique, M. Diouf, qui déplore que plusieurs pays, notamment en Afrique, souffrent de la rareté, alors que des milliards de m3 se perdent en mer, invite les gouvernements à redoubler d'efforts pour mieux assurer la gestion de cette denrée vitale.
L'eau n'était cependant pas au centre de la réunion de Rabat. Mais elle ne pouvait pas non plus être dissociée de l'alimentation. Les responsables des 29 pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord étaient en effet venus débattre de plusieurs questions en prévision du Sommet Mondial de l'Alimentation prévu à Rome du 13 au 17 novembre 1996. Il s'agissait de discuter sur la sécurité alimentaire et de dégager une stratégie commune pour assurer la nourriture à tous, "une des composantes fondamentales des droits de l'Homme".

M. Diouf fait remarquer que les assises se sont tenues à un moment où la région, à l'instar du monde entier, est confrontée à une situation peu favorable du point de vue de l'alimentation. Un état qu'illustrent, outre les problèmes de l'eau, l'érosion continue des sols, la dégradation des forêts, l'accroissement de la population, la répartition inégale des ressources et l'augmentation du cours des céréales qui s'est apprécié de 50%. Selon M. Diouf, le coût supplémentaire de la facture alimentaire pour les pays en développement est estimé à plus de 3 milliards de Dollars. Cette situation n'est pas conjoncturelle, précise-t-il. Elle procède d'un changement dans la demande de pays importateurs nets, notamment les pays asiatiques. Les besoins vont être plus importants, ce qui pourrait créer des problèmes de disponibilité. Le Dg de la FAO avait rappelé auparavant qu'environ 800 millions de personnes, dont 200 millions d'enfants de moins de 5 ans accusant un déficit plus ou moins grave en protéines et autres éléments énergétiques, sont victimes de la sous-alimentation ou de malnutrition. Pis, le monde devrait nourrir 3 milliards de personnes supplémentaires, soit 9 milliards en tout, à l'an 2030 tout proche. Simple alarmisme? Pas du tout, d'autant plus que d'importants retards sont enregistrés à l'échelle mondiale en ce qui concerne l'aménagement des terres, la lutte contre la désertification et la maîtrise de l'eau entre autres.

"Nourrir le monde"

De l'avis de M. Diouf, Il est important d'alerter l'opinion mondiale sur tous ces dysfonctionnements, qui ne portent pas seulement sur des problèmes agricoles. Ils concernent globalement la production animale, la production forestière, la production halieutique, l'investissement, la politique commerciale, les problèmes des taux d'intérêt, les aspects nutritionnels et de santé. "Tous ces facteurs influent sur la capacité des pays à gérer leurs besoins alimentaires", fait-il-remarquer. Il s'agit de porter tous ces problèmes au niveau des décideurs, des chefs d'Etat. La FAO n'est en fait qu'une organisation internationale sans aucun pouvoir de décision sur les politiques des Etats. Sa mission consiste à aider les pays à mettre en uvre des stratégies adéquates grâce à la collecte, l'analyse et la diffusion d'informations et de données. Elle constitue en outre un organe neutre pour la conclusion d'accords internationaux. Son directeur général n'en démord pas pour autant. Son leitmotiv: "Nourrir le monde". Mais la fin de la faim ne se profile pas encore à l'horizon. La FAO s'est vue même imposer une cure d'amaigrissement. Pourtant, pointant du doigt les pays industrialisés, M. Diouf a indiqué que le budget de son organisation ne représente que l'équivalent de 6 jours de rations pour leurs chiens et chats.

Alié Dior NDOUR.


  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc