×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Société

Faire du sport réduit les risques de maladies

Par L'Economiste | Edition N°:2666 Le 05/12/2007 | Partager

. Les praticiens définissent un plan de sensibilisation C’EST aujourd’hui une évidence. L’activité physique est reconnue comme un déterminant important de l’état de santé, alors que l’inactivité physique augmente les facteurs de risques. Tous les mouvements du corps qui aboutissent à une dépense d’énergie, y compris les activités quotidiennes et de routine, sont bons. Des petits gestes peuvent induire de grands bénéfices et vont jusqu’à prévenir certaines maladies. Les connaître et les faire découvrir aux patients, fut l’objectif d’un congrès international organisé récemment à Marrakech, sous l’appellation Move 2007. L’accent a été mis principalement sur la cardiologie, la pneumologie, la diabétologie, l’endocrinologie, la femme, et autant de thèmes qui intéressent les scientifiques de tous bords. Ce congrès est partie de cette idée et de deux constats: la santé et l’incitation au mouvement pour les personnes inactives, notamment celles présentant une surcharge pondérale.« Maintenant, il est temps que la communication et le débat scientifique sur tous les aspects de la recherche, de l’éducation et de la promotion de la santé par le biais de l’exercice physique, aboutissent à des formes de sensibilisation», indique Marc Kaplun, pédiatre suisse, spécialisé en médecine du sport. «En tant que praticiens, nous avons besoin de définir les moyens de prévention contre les méfaits d’une vie sédentaire. Il s’agit en fait de gestes simples et concrets que nous pourrons transmettre à nos patients. Le tout basé sur des expériences individuelles», ajoute-t-il.L’inactivité n’est certes pas l’unique responsable des maux, mais y contribue fortement. Lorsque 60% de la population, selon les statistiques de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), est victime de surpoids, derrière cette surcharge pondérale, il y a, certes, une mauvaise nutrition, mais aussi un manque de sport. Avec la sédentarité qui s’installe, les métiers de bureau qui demandent peu d’efforts physiques, mais aussi par la place croissante qu’occupent les loisirs «inactifs»: télévision, ordinateur, jeux vidéo, « l’idéal, est de chasser les mauvaises habitudes grâce à de petits gestes qui peuvent être simples comme marcher jusqu’à l’épicerie du coin ou encore pousser soi-même sa tondeuse au lieu de faire appel à un tiers, ou encore monter les escaliers au lieu de prendre l’ascenseur», explique Kaplun.L’activité physique est un maillon essentiel dans tout processus thérapeutique. C’est d’autant plus important qu’il a été prouvé que l’on peut réduire les effets de maladies chroniques grâce à l’activité physique. Ainsi, pour les maladies cardio-vasculaires, l’activité physique fait baisser la tension artérielle et améliore les performances du cœur, alors que la sédentarité augmente les risques d’accident vasculaire cérébral. Chez un diabètique par exemple, l’activité physique fait partie du traitement. «Elle favorise l’entrée du sucre dans les cellules, ce qui réduira considérablement chez ces patients, l’utilisation de l’insuline, et on pourra même s’en passer pour le diabète léger», souligne le praticien. De fait, il est aussi important d’apprécier quelle quantité exacte d’activité physique et quel type de sport. Ainsi, l’activité physique recommandée à telle maladie, ne l’est pas forcément pour une autre. En clair, il s’agit de consulter son médecin avant de démarrer toute activité sportive.Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc