×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Exposition à Bologne dans une conjoncture difficile

    De notre envoyée spéciale, Malika EL JOUHARI

    Par L'Economiste | Edition N°:641 Le 18/11/1999 | Partager




    · De la mécanisation de base aux petites machines en passant par la sous-traitance, quatorze secteurs sont représentés
    · Des visiteurs marocains mais en petit nombre


    C'est aujourd'hui 17 novembre que le salon EIMA des machines agricoles ferme ses portes à Bologne en Italie. Depuis le 13 novembre, cette ville est sous le signe de l'EIMA. En effet, pour ce trentième anniversaire, l'Unacoma représentant les fabricants de machines agricoles et organisatrice du salon, a voulu faire les choses en grand. Sur les 150.000 m2 du parc des foires de Bologne, plus de 20.000 modèles de machines et matériels représentant quelque 1.000 catégories sont exposés dans cette ville située au centre d'une région bénéficiant d'une grande tradition agricole et concentrant la majorité des industries du secteur.
    Le salon se tient toutefois à un moment où l'industrie des machines agricoles enregistrent depuis quelques années une baisse des ventes dans le monde.
    A l'origine, la crise économique et financière dans les pays asiatiques, qui a tiré vers le bas la demande des produits agricoles, faisant chuter leurs cours sur les marchés internationaux, selon l'analyse de M. Aproniano Tassianari, président de l'Unacoma.
    Dans tous les cas, les observateurs envisagent une reprise pour les derniers mois de cette année.
    Lors de cette trentième édition, l'EIMA ne représente pas moins de 14 secteurs industriels. Des moteurs endothermiques et électriques aux tracteurs et motoculteurs en passant par le matériel d'irrigation et de récolte, le salon offre une vitrine des innovations dans la mécanisation agricole. Pour le volet nouveautés, le constructeur italien Lamborghini, connu pour ses voitures de sport, a été le plus remarqué avec ses tracteurs grand luxe.
    Reste que dans sa globalité, l'exposition ne semble pas répondre aux exigences de l'agriculture marocaine. De grande technicité, la plupart du matériel exposé demande un savoir-faire et un haut niveau de formation des agriculteurs et convient aux grandes superficies.
    Les stands réservés aux petites machines et à la sous-traitance, notamment, intéressent les visiteurs marocains venus mais en petit nombre à l'EIMA.
    Ce dernier table sur la visite de plus de 150.000 personnes. L'année dernière, il a enregistré 130.000 visiteurs dont 10.000 étrangers en provenance de 100 pays. Ce public est composé principalement d'agriculteurs, de constructeurs ou encore de négociants en machines agricoles.


    La superficie d'expositions multipliée par 10


    De sa première édition en 1969 à aujourd'hui, l'EIMA a beaucoup évolué. La superficie d'exposition a été multiplié par 10 en passant de 14.700 m2 lors de la première édition à 150.000 aujourd'hui. Le nombre des secteurs représentés a également évolué depuis 1969 avec des innovations technologiques. De la mécanisation de base, représentée par les tracteur notamment, l'exposition petit à petit introduit de nouveaux secteurs pour en arriver à 14 aujourd'hui allant des machines pour l'agro-industrie au jardinage en passant par la sous-traitance ou encore la zootechnie.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc