×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Exportation de tomates : L'agrément pour les Etats-Unis en cours d'examen

    Par L'Economiste | Edition N°:250 Le 17/10/1996 | Partager


    La tomate marocaine tente de percer le marché américain. En ce sens, la SASMA vient de finaliser une étude. Résultats concluants. Le dossier vient d'être transmis à Washington.

    La SASMA vient de boucler son étude sur la tolérance de la tomate à la mouche méditerranéenne des fruits(1). Le dossier vient d'être transmis aux autorités concernées à Washington. Le coût total des travaux couvrant le dossier préliminaire, l'élevage de la cératite(2) et la réalisation des expérimentations s'élève à 1,7 million de DH. Il a été financé en grande partie par AFB (Atlas Free Board), le Ministère de l'Agriculture et de la Mise en Valeur Agricole et l'Agribusiness Marketing Investissement (sur fonds de l'USAID). Aujourd'hui, si les travaux sont achevés, le feu vert pour l'exportation sur le marché américain n'a pas encore été donné. «Si nous réalisons ce qui nous reste à effectuer, les premières expéditions devront pouvoir démarrer vers novembre 1997», indique M. Ahmed Lekchiri, directeur général de la SASMA, en insistant sur l'apport des experts américains tout au long de la conception et de la réalisation des travaux. Dans tous les cas, «nous pensons avoir établi de manière forte que, sur pied, c'est-à-dire avant récolte, la résistance de la tomate est quasi-absolue, même dans le cas d'infection forcée», explique M. Lekchiri.
    Parallèlement, ajoute-t-il, «nous avons établi que cette résistance, tout en restant suffisamment élevée, ne pouvait pas être absolue dans le cas d'une infestation forcée en laboratoire». De plus, les experts ont démontré en même temps que, sous les mêmes conditions expérimentales, la banane était encore plus sensible que la tomate alors qu'elle ne figure pas aux Etats-Unis sur la liste des plantes hôtes de la cératite. En d'autres termes, indique M. Lekchiri, «la logique veut que l'on reconnaisse que la tomate marocaine ne présente aucun risque d'introduction de la mouche méditerranéenne, du moment que cela est admis pour le cas de la banane».
    Il est à rappeler qu'après l'introduction de la demande d'agrément des exportations de tomate rouge, les autorités américaines ont demandé au Maroc de préparer deux dossiers. Le premier concerne la réalisation d'un certain nombre d'essais d'infestation forcée de la tomate par la mouche méditerranéenne des fruits. Le second a trait à la mise en place et au suivi de réseaux de piégeages dans les zones de Oualidia et des Abda. Pour le second dossier, les relevés de piégeages effectués par les agents de la DPVCTRF du MAMVA doivent s'étaler sur 365 jours. Ils ont débuté à la mi-janvier 1996 et devront prendre fin en principe vers la mi-janvier 1997. Par ailleurs, depuis le 14 et jusqu'au 22 octobre, une mission officielle d'experts américains séjourne au Maroc. Au programme: discussions sur les expérimentations réalisées (conditions de déroulement, résultats, interprétation...), visite des zones de Oualidia et des Abda pour le contrôle des piégeages effectués, mais aussi assistance aux professionnels marocains pour la préparation de la convention et des différents cahiers des charges.

    Meriem OUDGHIRI

    (1) Aux Etats-Unis, la mouche méditerranéenne des fruits est classée parmi les ravageurs de quarantaine et la tomate rouge est considérée comme un hôte potentiel. Toute introduction de tomate rouge de l'étranger y est sujette à une réglementation sévère visant à faire respecter la quarantaine.
    (2) Les essais proposés ont nécessité la mise sur pied d'une unité d'élevage de la cératite. Cette unité, a fonctionné près de treize mois.


    Les dates marquantes



    30 mai 1994: Requête adressée à l'United States Department of Agriculture (USDA) en vue de l'inscription de la tomate rouge sur la liste des produits agricoles marocains admissibles sur les Etats-Unis.
    Février 1995: Le représentant de l'USDA/APHIS (Animal and Plant Health Inspection Service) à Rome, en mission au Maroc, se réunit avec les responsables du MAMVA et les représentants des producteurs et des exportateurs de tomate. Objectif: la procédure à suivre et les travaux à réaliser pour l'agrément des exportations marocaines de tomate rouge sur les USA. Le MAMVA adresse à l'USDA une demande officielle d'agrément des exportations.
    Avril-mai 1995: Le Maroc transmet à l'USDA le dossier technique préliminaire.
    Octobre 1995: L'USDA répond officiellement.
    Du 30 octobre au 3 novembre 1995: Trois experts de l'USDA séjournent au Maroc. Mission: visite des zones de production et arrêt avec les scientifiques marocains des détails relatifs au démarrage et à la réalisation des essais d'infestation.
    20 décembre 1995: Les premiers tests préliminaires mis en place.
    Février-juin 1996: Réalisation des essais conformément aux protocoles définitifs arrêtés d'un commun accord avec l'USDA sur la base des résultats des tests préliminaires.

    M. O.
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc