×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Export: Une caravane marocaine en Afrique de l’Ouest
    De notre envoyé spécial, Bachir THIAM

    Par L'Economiste | Edition N°:3171 Le 16/12/2009 | Partager

    . 70 entreprises de 6 secteurs sont du voyage, du 13 au 19 décembre. Sénégal, Mali et Côte d’Ivoire… les étapes. Protocole d’accord entre Maroc Export et Aspex LA caravane marocaine de l’exportation a fait sa première escale à Dakar (Sénégal) du 13 au 15 décembre. Suivront Bamako (Mali) du 15 au 17 et Abidjan (Côte d’Ivoire) du 17 au 19 décembre. Pour une première en Afrique subsaharienne, Maroc Export, organisateur de l’événement, a refusé du monde tant le concept a séduit plusieurs entreprises intéressées par l’export. Les 70 chefs ou cadres d’entreprises, de six secteurs, ayant arraché leur ticket de voyage découvraient pour ainsi dire l’Afrique pour «la première fois». L’étape de Dakar leur a permis de mesurer le potentiel de ce continent et dans les meilleures conditions. Pour l’occasion, Maroc Export n’a pas lésiné sur les moyens. L’organisme a mobilisé un avion pour les trois étapes. L’opération a coûté 2 millions de DH. En tout cas, les 90 personnes qui composent la délégation marocaine, présidée par le ministre du Commerce extérieur, Abdellatif Maâzouz, étaient contentes du déplacement. Déjà, elles se disent partantes pour la deuxième édition qui devrait mener de la Mauritanie au Cameroun en passant par le Burkina Faso et le Gabon. En tout cas, le charme de l’Afrique subsaharienne semble opérer. Pour preuve, le DG de Maroc Export, Saâd Benabdellah et son homologue sénégalais, Sagar Diouf Traoré, DG de l’Aspex (agence sénégalaise de la promotion des exportations) ont signé un protocole d’accord pour «donner un coup de fouet» aux relations d’affaires entre les deux pays qui «ne sont pas à la hauteur des attentes». Le Maroc est le 28e fournisseur du Sénégal et son 30e client. L’excédent de la balance commerciale, qui a enregistré plus de 64 millions d’euros en 2008 s’explique par la complémentarité des deux économies avec une part importante des exportations marocaines en biens d’équipement et demi-produits dans les échanges bilatéraux. L’ensemble des exportations a atteint 72 millions d’euros en 2008, enregistrant une progression de 34% en comparaison à 2007. Mais à fin juillet dernier, ce volume n’était que de 34,2 millions d’euros contre 52,6 pour la même période de 2008. Les demi-produits et les biens d’équipement représentent 35% des expéditions. Les premiers avaient rapporté près de 14 millions d’euros en 2008. A fin juillet dernier, cette valeur dépassait les 13,37 millions d’euros. «L’importance de ces produits dans la structure des importations sénégalaises du Maroc montre notre contribution dans la dynamique des investissements dans ce pays notamment dans les infrastructures», relève Maâzouz. La part du Sénégal dans les investissements marocains à l’étranger, qui ont dépassé 564,7 millions d’euros en 2008, est de 126 millions d’euros, soit 22,3% du total. Ils portent essentiellement sur le secteur bancaire et le transport.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc