×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Export: Le Maghreb veut soigner ses foires

    Par L'Economiste | Edition N°:3122 Le 06/10/2009 | Partager

    . Possibles participations groupées à l’international   . Formation pour les cadres maghrébins Les relations économiques et commerciales maghrébines semblent être au beau fixe. En témoigne la visite d’une délégation de 25 personnes représentant les pays de l’Union du Maghreb Arabe (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie) qui a séjourné à Marrakech les 2 et 3 octobre courant. La délégation officielle a effectué cette visite dans le cadre de la 6e réunion de l’Union maghrébine des foires (UMF). Premier du genre au Maroc, cet événement a été organisé par Maroc Export (ex-Centre marocain pour la promotion des exportations). L’objectif de cette réunion est de stimuler les échanges et promouvoir les relations économiques et commerciales entre les pays de l’UMA, a souligné Saâd Benabdallah, directeur général de Maroc Export. Plusieurs recommandations ont été présentées au cours de cette réunion dont la  publication d’un magazine périodique de l’UMF et le lancement de sessions de formation pour les cadres maghrébins dans le domaine de l’organisation des foires et salons. Cette réunion a été également une occasion pour débattre de la possibilité de réunir les pays de l’UMA dans un seul stand lors de leur participation aux foires à l’étranger et mettre en place des actions de promotion autour de la foire maghrébine au niveau des pays membres de l’UMA. Elle a aussi permis de faire le point sur l’état d’avancement du projet de création d’une académie virtuelle pour les métiers du commerce extérieur: promotion, expositions et foires et communication institutionnelle. On l’appelle virtuelle parce que son siège sera mobile à tour de rôle dans chaque pays de l’UMA, a indiqué Benabdallah. Reste à savoir qui va s’occuper du volet formation. Pour mémoire, l’UMF (Union maghrébine des foires) est une instance créée en janvier 2008 à Tripoli (Libye). Depuis, les pays oeuvrent d’arrache-pied pour mener á bien leurs projets communs d’organisation de foires. L’UMF a organisé en novembre 2008 la première édition de la Foire maghrébine en Algérie et se chargera de l’organisation de la deuxième édition qui aura lieu en décembre 2009 à Tripoli en Libye. Et c’est au Maroc que va échoir l’organisation de la 3e foire de l’Union maghrébine de l’artisanat maghrébin (traditionnel et moderne). Benabdallah a également souligné l’importance et la richesse de l’artisanat maghrébin tout en précisant que la complémentarité pourrait ouvrir de nouvelles perspectives à l’échange d’expériences et d’expertises et à la coopération entre les artisans maghrébins, en vue de commercialiser le produit maghrébin, conquérir de nouveaux marchés. «Aujourd’hui, les pays de l’UMA cherchent la complémentarité et non pas la concurrence», a-t-il ajouté. Il est prévu en marge de cette foire la tenue des ateliers sur le secteur de l’artisanat. Cet événement économique et culturel ambitionne de réunir des exposants représentant les différentes potentialités artisanales de l’UMA ayant la responsabilité d’insuffler un nouvel élan au développement du secteur de l’artisanat entre les pays maghrébins et de mieux les préparer aux défis de la mondialisation galopante et la concurrence rude de certains produits industriels.  Il se veut un espace propice au renforcement des échanges économiques de la coopération et du partenariat.


    Echanges

    Les échanges entre les pays de l’UMA ont toujours existé mais les réalisations communes apparaissent bien modestes. Pour rappel, le commerce intermaghrébin est caractérisé par un faible volume d’échanges qui n’a pas dépassé 3 milliards de dollars en 2006. «Ce volume peut atteindre 14 milliards de dollars selon des études», a signalé Benabdallah. Il faut donc booster les échanges commerciaux maghrébins pour avoir une économie maghrébine en force.Hanane HASSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc