×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie Internationale

Euro: Première fausse note à New York

Par L'Economiste | Edition N°:418 Le 08/01/1999 | Partager

Après l'engouement du lancement, l'Euro marque un premier recul face au Dollar mercredi. Selon les observateurs, ce n'est qu'un nuage passager. Les perspectives demeurent optimistes.


Passée l'euphorie des premiers jours, l'Euro a enregistré son premier repli face au Dollar mercredi à New York. La devise européenne est tombée à 1,1555 Dollar en milieu de journée pour ensuite se redresser pour évoluer autour de 1,16 Dollar. Vers 19h40 GMT, l'Euro valait 1,1602 Dollar contre 1,1759 mardi soir.
Les opérateurs expliquent cette régression par deux éléments majeurs.
Il y a d'abord les rumeurs sur la possibilité de problèmes dans le système de règlement des transactions de la Banque Centrale Européenne, relevées par un cambiste de Paribas, qui ne sont pas passées inaperçues. Pis encore, elles ont été renforcées par l'annonce, par la chaîne d'informations financières CNBC, de problèmes techniques dans le système de règlement au niveau des banques centrales française et espagnole. Les opérateurs, qui ont parié sur une appréciation de la monnaie européenne, s'en seraient donc débarrassé pour acheter des Dollars, est-il expliqué. La deuxième raison serait les spéculations sur d'éventuelles inquiétudes au niveau des gouvernements européens sur la force de la nouvelle devise, ce qui pourrait freiner les exportations.

Les analystes demeurent toutefois confiants et affirment qu'il ne s'agit que d'un déclin passager. Les perspectives de croissance de la monnaie unique sont maintenues, «pas à cause de la force des économies, mais en raison des transferts de capitaux vers la zone Euro», est-il précisé. La devise européenne devrait bénéficier d'un déversement des flux de capitaux d'origine asiatique sur le Vieux Continent. Les analystes comptent surtout sur un repositionnement de la part des investisseurs japonais qui se sont retirés du marché américain des devises ces derniers jours.

Le FMI ravi


Dennis Heidt, principal cambiste de Paribas, a indiqué que l'Euro disposait d'un bon soutien au niveau de 1,16 Dollar avant de passer sous cette barre et que le prochain seuil se situe à 1,1450 Dollar. Les prévisions vont dans le sens d'une appréciation de l'Euro avec des objectifs variant entre 1,23 Dollar d'ici avril et 1,32 vers la fin de l'année.
Pour sa première intervention de l'année devant un conseil d'administration du FMI, M. Michel Camdessus est revenu sur le lancement réussi de la nouvelle monnaie européenne. Il s'est félicité du fait que le lancement en soi ait été fait en douceur. «Cela témoigne de la vision, du professionnalisme et du dévouement de tous ceux qui ont participé à cet événement tant au niveau européen que national», a-t-il ajouté. Il a également profité de cette occasion pour souligner que ce n'était qu'un début et que l'Euro a encore plusieurs autres défis à relever. A la tête, les déséquilibres budgétaires attendus en Europe. «La tâche de mener les budgets à l'équilibre ou à un léger excédent n'est pas encore achevée», souligne-t-il.

Par ailleurs, et puisque l'Euro est également l'affaire de tous les partenaires de l'UE, l'Egypte compte constituer un groupe de travail ministériel pour suivre les résultats des transactions en Euro et leurs retombées sur l'économie du pays. Ce groupe sera composé du ministre de l'Economie, Youssef Boutros-Ghali, du gouverneur de la Banque Centrale et de plusieurs experts économiques. A l'issue d'une réunion organisée récemment autour de l'Euro, il a été souligné que la nouvelle devise devrait «offrir l'opportunité de diversifier les réserves de l'Egypte en devises étrangères». De plus, l'unification de la monnaie en Europe devrait également faciliter «les échanges commerciaux, car elle permettra une comparaison plus précise entre les prix égyptiens et européens».

Hanaâ FOULANI (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc