×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Etudes en France
Une nouvelle démarche pour le visa

Par L'Economiste | Edition N°:2005 Le 22/04/2005 | Partager

. A partir du 1er juin, passage obligatoire par le Centre pour les études en France (CEF). Une structure créée pour conseiller, orienter et valider les dossiersEtudier en France est le rêve de milliers de jeunes bacheliers marocains. C’est aussi une déception pour plus de la moitié d’entre-eux. En effet, l’obtention du sésame qui ouvre les portes de l’Hexagone et de l’Europe est loin d’être une chose aisée. Pour preuve, des chiffres éloquents: pour les deux dernières années, sur 16.118 visas demandés, la France en a accordé seulement 6.276. En clair, pour 2003 et 2004, on note respectivement 66 et 54% de refus. Pour Corinne Breuzé, consule générale de France à Casablanca, cette «déperdition énorme» s’explique par une «mauvaise gestion» des dossiers de visas d’études pendant le rush estival. Pour remédier à cela, une nouvelle procédure pour les demandes de visa de long séjour a été mise en place. A partir du 1er juin, les bacheliers des établissements marocains publics et privés, désirant poursuivre un cursus supérieur au pays de Molière, devront passer obligatoirement par le Centre pour les études en France (CEF). Rattaché aux Instituts français de Rabat et Casablanca, ce nouvel organisme dépend du Service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France au Maroc. L’objectif est de faciliter la mobilité des étudiants, de conseiller et d’examiner les dossiers au cas par cas, de permettre une meilleure orientation et d’émettre un avis académique à l’attention des consulats. «Il s’agit aussi de raccourcir les délais d’attente. Une fois le dossier validé par le CEF, le consulat n’a plus qu’à traiter les formalités administratives et financières à remplir par le candidat au visa d’études», explique la consule de France. Ainsi, le CEF se présente comme un instrument «efficace» du traitement des dossiers. Le suivi des candidatures se fait essentiellement sur Internet (http://ma.educationfr.fr). Un entretien académique a lieu en bout de parcours au CEF à la suite duquel le dossier est validé pour la procédure de demande de visa qui relève de la seule compétence des consulats de Casablanca et Rabat. Cette prestation de services a naturellement un coût. Un paiement en espèces, de 700 DH, des frais du dossier CEF dans n’importe quelle agence du groupe «Crédit du Maroc» est exigé. En compensation, les frais du dossier visa sont réduits de 50%. En 2006, d’autres CEF seront installés dans les principales villes du Royaume afin d’offrir des services de proximité. Des services destinés, selon la consule générale, à intensifier la coopération franco-marocaine. Et faciliter l’accueil du maximum d’étudiants marocains en France en est l’une des multiples facettes. «L’objectif du Centre est de conseiller, orienter et raccourcir les délais d’attentes devant les guichets des consulats», souligne Corinne Breuzé, consule générale de France à Casablanca«Fatima EL OUAFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc