×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Etats-Unis/UE: C'est la guerre pour la banane

Par L'Economiste | Edition N°:461 Le 11/03/1999 | Partager

· Le différend Etats-Unis/Europe toujours pas réglé

· 520 millions de Dollars de surtaxes sur les produits européens

· Le rôle de l'OMC battu en brèche

La dernière chance de régler à l'amiable le différend de la banane aura finalement échoué. Ce sera donc la guerre commerciale.

Taxes de 100%


Le conseil général de l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce), qui s'est tenu lundi à Genève, n'a trouvé aucune solution. Les Américains maintiennent donc leurs sanctions unilatérales contre les Européens qui les récusent.
"L'UE prendra les mesures nécessaires contre les Etats-Unis, mais conformément aux règles de l'OMC", a assuré mardi 9 mars à Strasbourg le commissaire européen chargé des Relations Commerciales, Sir Leon Brittan. Et d'ajouter que l'Europe ne se contentera pas de condamner les Etats-Unis verbalement, elle les traînera devant l'OMC pour qu'ils subissent les conséquences de leurs mesures. Pour lui, la bataille n'est pas seulement politique, mais elle est aussi juridique.
Le Conseil général de l'OMC s'était réuni en session spéciale à la demande de l'UE qui conteste le droit des Etats-Unis à imposer unilatéralement des sanctions. Washington a décidé d'appliquer, rétroactivement au 3 mars, des taxes douanières de 100% sur quelque 520 millions de Dollars (près de 4,9 milliards de DH) de produits européens: cachemire écossais, luxe français ou fromages italiens...
Ces droits de douane supplémentaires seront restitués, si d'ici le 12 avril l'OMC donne raison à l'UE sur son nouveau régime d'importation de bananes.
Pour l'Union, la mesure américaine est d'ores et déjà une sanction puisque les taxes dissuadent les importateurs.
La plupart des délégations présentes à Genève ont critiqué la décision unilatérale de Washington, mais elles n'ont pas pour autant accordé de satisfecit aux Européens. Plusieurs pays sont d'avis qu'il faut régler cette affaire par négociations bilatérales.
Un avis également partagé par M. Renato Rugiero, directeur général de l'OMC, dont les derniers jours à la tête de l'organisation (son mandat prend fin début juin) sont assombris par cette querelle.
Dans l'affaire, le rôle de gendarme du commerce mondial de l'OMC est constamment battu en brèche par les deux protagonistes.

Acharnement


D'abord par l'UE qui avait contesté en 1997 sa condamnation sur le régime des bananes, ensuite par les Etats-Unis qui décident d'appliquer des sanctions unilatérales alors que la procédure d'arbitrage mise en place dans le cadre de l'Organisation n'a pas encore statué. En fait, tant d'acharnement entre Européens et Américains sur ce dossier de la banane, au point de faire fi des injonctions de l'OMC, préfigure, aux yeux de nombreux analystes, des querelles beaucoup plus rudes sur d'autres produits, viandes traitées aux hormones et organismes génétiquement modifiés notamment. o

Ghassan KHABER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc