×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Etats-Unis/Chine
Fin des discussions sous haute tension

Par L'Economiste | Edition N°:2673 Le 14/12/2007 | Partager

. Pas d’avancées sur le commerce et le taux de change. La Chine autorisera les sociétés étrangères à émettre des titres en yuan Les Etats-Unis ont maintenu la pression sur la Chine à propos du commerce et du taux de change, pendant 2 jours de discussions tendues de haut niveau, Washington s’inquiétant d’un nouveau déficit commercial record avec Pékin. Cette 3e édition du «dialogue économique stratégique» s’est conclue jeudi 13 décembre sans avancées majeures dans ces deux domaines, alors même que Washington annonçait le creusement de son déficit vis-à-vis de la Chine, en hausse de plus de 9% en octobre (25,9 milliards de dollars). La représentante américaine au Commerce Susan Schwab a averti que Washington n’hésiterait pas à porter de nouveau ses griefs devant l’OMC, si besoin, pour faire valoir «ses droits», faute d’avancées par la négociation sur certains sujets. Le secrétaire américain au Trésor Henry Paulson a insisté, lui, sur la nécessité de laisser le yuan s’apprécier, dans l’intérêt même de la Chine. Même s’il a reconnu que les Etats-Unis étaient conscients «que le rythme d’appréciation de la monnaie chinoise s’était accéléré». Répondant aux critiques, les responsables chinois ont mis en garde leurs interlocuteurs contre la «politisation» des problèmes, la multiplication des propositions de lois ou recours devant le Congrès américain et les instances internationales. Ils ont aussi largement imputé les déséquilibres bilatéraux aux problèmes structurels du commerce américain.Sur la question des taux de change, ils ont opposé une fin de non-recevoir aux voix «irresponsables» qui prônent une accélération subite de la valeur du yuan, susceptible «d’avoir des répercussions sur l’économie mondiale». Les deux parties se sont aussi lancé des mises en garde respectives sur une possible montée du protectionnisme. En guise de concession, la Chine s’est engagée à ouvrir encore plus son marché financier, en permettant aux sociétés ou banques étrangères, à une date non précisée, d’émettre des titres ou des obligations en yuan.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc