×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Etablissements publics
Plus de 111 milliards de DH de marchés à prendre

Par L'Economiste | Edition N°:3135 Le 23/10/2009 | Partager

. Des contrats dans les routes, l’eau, l’énergie, les ports, le transport…. La contribution des établissements publics baisse. Trente-neuf entreprises en liquidationLES contributions des établissements publics au budget de l’Etat vont baisser en 2010. C’est en substance ce qui ressort du projet de la nouvelle loi de Finances. Leurs contributions en dividendes, redevance domaniale et produits financiers sont estimées à 9,3 milliards de DH pour 2010, marquant ainsi un recul de près de 7% par rapport à 2009. Ce repli est consécutif à la baisse prévue des dividendes à recevoir de l’OCP et de Bank Al-Maghrib. En ce qui concerne le phosphatier, cette contre-performance est liée à la baisse des cours sur le marché mondial et la contraction des volumes extraits. A noter tout de même que l’augmentation des contributions de l’Agence de la Conservation foncière, Barid Al Maghrib et l’Office des changes a fortement atténué cette baisse. Il n’empêche que les établissements publics restent le moteur de l’investissement public avec pas moins de 506 milliards de DH sur la période 2008-2012, dont 111 milliards pour la seule année 2010. Le gros de l’investissement concerne les grands travaux, notamment dans les secteurs d’infrastructures de base, l’énergie, les phosphates, l’habitat, les transports et l’agriculture. Revue des détails.. Fonds Hassan IIAlimenté par une part des recettes de privatisations (4 milliards prévus en 2010), le Fonds Hassan II reste un puissant levier de l’investissement. Il devrait décaisser 3,7 milliards de DH en 2010 au profit des grandes infrastructures, de promotion de l’investissement ainsi que du social, de la culture et du sport. Au cours du premier semestre 2009, les engagements cumulés du Fonds ont atteint plus de 23 milliards. . ONCFEntre 2005 et 2009, le programme d’investissement de l’ONCF a nécessité une enveloppe de près de 18 milliards de DH. A fin 2010, l’Office investira plus de 12,5 milliards de DH dans le cadre du nouveau contrat-programme (2010-2015) qui le lie à l’Etat. Mais pour la seule ligne à grande vitesse (TGV), l’investissement atteindra 20 milliards de DH.. Autoroutes du MarocLes prévisions d’investissement de Autoroutes du Maroc se portent à 13,5 milliards de DH. ADM s’engage à réaliser 733 km pour atteindre un linéaire global de 1.830, au cours de la période 2008-2010. Les programmes concernent les tronçons Marrakech-Agadir, Fès-Oujda et le triplement de voie entre Casablanca et Rabat. S’y ajoute le contournement de Rabat, les tronçons Tit Mellil-Berrechid-Béni Mellal et El Jadida-Safi.. PortsA fin 2010, Marsa Maroc prévoit de dépenser 816 millions de DH, hors investissement dans la concession de TangerMed, qui nécessite à lui seul 20 millions de DH. La ventilation se fera pour l’achat de grues pour les ports de Nador, Jorf Lasfar, Laâyoune et Casablanca; acquisitions de terrains pour le développement de zones logistiques; constructions de terminal de stockage de véhicules, acquisition de portiques à conteneurs et de chariots cavaliers à Casablanca. Cette enveloppe servira également à acquérir ces mêmes chariots pour le port d’Agadir.Pour sa part, l’Agence nationale des ports (ANP) prévoit un investissement de 1,3 milliard de DH pour 2010. Ce qui se traduira par la construction du troisième terminal à conteneurs, la réalisation d’une desserte nord et viaduc du port de Casablanca. La mise en place du système d’échanges de données est également au programme. . AéroportsAprès avoir réévalué son plan d’investissement, l’Office des aéroports du Maroc prévoit de dépasser le chiffre de 22 millions de passagers par an. Pour cela, l’ONDA a obtenu une rallonge budgétaire de l’Etat. Sa cagnotte a atteint 10,5 milliards de DH. Celle-ci servira au réaménagement du terminal 1 de l’aéroport Mohammed V de Casablanca, la construction du terminal 3 de l’aéroport de Marrakech ainsi que le nouveau terminal d’Oujda. La logistique et la mise à niveau des principaux aéroports du royaume profiteront également de cette manne. L’extension du terminal 1 de l’aéroport de Rabat-Salé, le développement de plateformes à Benguerir et Tan-Tan et le système d’information de gestion intégrée aéroportuaire ainsi que le programme de sûreté et sécurité sont prévus. L’ONDA devrait recevoir 4 milliards de DH d’ici à fin 2010. . RAMLe groupe Royal Air Maroc n’est pas en reste. Le transporteur aérien prévoit un investissement de 4,3 milliards de DH entre 2009 et 2010. Le gros du budget sera consacré à l’achat de matériel aéronautique: 6 ATR (achats fermes) et 2 en option. La réception de ces avions est prévue entre 2011 et 2012. . Poste MarocPrès de 3 milliards de DH seront nécessaires à Barid Al Maghrib entre 2009 et 2012 pour son extension et sa mise à niveau. Il s’agit de tout un programme d’extension et de réaménagement du réseau Poste Maroc. Mais aussi de modernisation de l’infrastructure matérielle des agences, la création d’un centre national du courrier à Casablanca. Ces investissements porteront sur la construction et le réaménagement des centres de traitements et de distribution du courrier, ainsi que l’extension des guichets automatiques bancaires et l’acquisition de nouvelles technologies. Près de 792 millions de DH seront dépensés au titre de l’année 2010. . ONEEL’investissement prévisionnel au titre de 2009 et 2010 pour l’Office de l’électricité s’élève à 21,7 milliards de DH. En plus des projets en cours de réalisation dont l’achèvement est prévu en 2011, l’ONE lance de nouveaux chantiers: Step Abdelmoumen, Projet hydroélectrique de M’Dez et El Menzel, centrale de Safi et infrastructure du port, parc éolien de Tarfaya, extension des infrastructures du port de Jorf Lasfar. Plus de 8,3 milliards de DH seront consacrés au secteur de l’eau, d’ici fin 2010, pour le volet sécurité d’approvisionnement en eau potable en milieu urbain et sa généralisation au milieu rural.. OCPPour les phosphates l’enveloppe d’investissement prévue pour les deux prochaines années dépasse 21,9 milliards de DH. Cette enveloppe servira à l’augmentation de la capacité d’extraction de 23 millions de tonnes, la construction de 4 laveries pour une capacité de près de 40 millions de tonnes, la construction du pipeline ou encore la mise à niveau du port de Jorf Lasfar. L’OCP y prévoit aussi le dessalement de l’eau de mer. Une partie de cet argent servira également à l’adduction d’eau à partir de l’oued Oum Errbiaa pour Benguerir et Youssoufia. Par ailleurs l’Office conduit des projets en partenariat avec des entreprises étrangères comme Bunge Petrovietnam, Libya Africa Investment Portofolio sur le hub de Jorf. . Agence de développement agricoleL’action de la toute nouvelle Agence de développement agricole (ADA) focalise sur la réalisation du plan Maroc vert. En attendant, l’activité des Offices de mise en valeur agricole prévoit de dépenser près de 1,6 milliard au titre de 2009 et 2010. A noter toutefois que l’Etat avait conclu avec le groupe Crédit agricole du Maroc une convention d’accompagnement financier du Plan vert pour un montant de 20 milliards de DH sur la période de 2009 à 2013. . Etablissements publics en difficultéPour le projet de loi de Finances, le législateur a particulièrement tenu à prendre en compte les entreprises publiques en cours de liquidation. En janvier 2009, elles étaient pas moins de 39 entreprises à faire l’objet de cette procédure. Celles-ci restent issues d’un éventail de secteurs toutes catégories confondues. Dans le lot, on retrouve certaines sociétés comme les Mines d’Aouli, Assarf Achaabi, Banque Populaire Invest Consult (BPIC), Charbonnages du Maroc (CDM), Palmariva Maroc et la Régie autonome de transport urbain de Rabat-Salé (RATR).


Le tramway de Casablanca… sur les rails dès 2012!

DOTER Casablanca d’un tramway prend des allures de challenge. Devant l’ampleur du projet (qui devra être achevé avant fin 2012, et qui est estimé à pas moins de 6,4 milliards de DH dont 2,4 milliards mobilisables sous forme d’emprunts), l’option retenue est de réaliser à court terme une 1re ligne de 28 km, reliant les principaux quartiers de la ville. Le montant des dépenses effectuées à cette date est de 75 millions de DH. Dès la fin de l’exercice 2010, pas moins de 25% de l’ensemble des travaux devront être achevés, notamment l’installation de la voie ferrée. Concernant les chantiers de mise en place du centre de maintenance, ils débuteront en juillet 2010 pour être réalisés à hauteur de 20% à la fin de l’exercice. Enfin, les travaux d’équipement et de système seront achevés à raison de 10% dès la fin de l’année prochaine.


Quid de la SNRT?

LE nouveau contrat-programme Etat-SNRT au titre de la période 2009-2011 et signé le 02 octobre 2009 prévoit un juteux planning d’investissement estimé à pas moins de 650 millions de DH. Dans ce cadre, l’Etat s’est engagé à verser à la SNRT une contribution de 2,9 milliards de DH, soit une participation additionnelle de 900 millions par rapport à celle qui était antérieurement prévue dans l’ancien contrat (2006-2008). Concernant Soread 2M, les travaux restent en cours pour finaliser un contrat de restructuration pour la période 2009-2011 et ce, compte tenu des difficultés financières que connaît la société.M. M., M. A. B. & B. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc