×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Culture

    Et si le rire faisait aussi le progrès?

    Par L'Economiste | Edition N°:1984 Le 23/03/2005 | Partager

    . Une exposition de caricatures à l’Ecole de beaux-arts jusqu’au 21 avril. Il n’y a pas si longtemps, Basri…«Rahmaaa! Passe-moi mon fusil!», crie le vieux campagnard en djellaba et «chekkara», à l’une de ses femmes pour courir trucider celle qui a osé expliquer que les femmes pouvaient désormais être majeures même mariées, qu’aujourd’hui il y a une nouvelle Moudawana, un nouveau code qui s’adapte au temps et à la philosophie musulmane. Elle, c’est Yasmina Baddou, la secrétaire d’Etat chargée de la Famille, de l’Enfance et des Personnes handicapées. Avec son bâton de «pèlerine», elle a la lourde tâche de ne pas faire de cette évolution juridique une rupture et un choc dans la vie sociale. Du moins, elle en est le symbole dans l’imaginaire des caricaturistes.La scène décrite plus haut se passe bien sûr dans une caricature, celle de Rik exactement. Celle-ci est exposée parmi les œuvres (dont des inédites) de la quinzaine de caricaturistes que compte le paysage marocain à l’Ecole des beaux-arts à Casablanca. Réunis par la coopération allemande GTZ et le secrétariat d’Etat chargé de la Famille, de l’Enfance et des Personnes handicapées, les artistes comme Beyoud, Belaid, Amine, Berbeoz, Slim… ont prêté leurs caricatures qui traitaient du sujet de la femme et ce jusqu’au 21 avril prochain. Elles sont hilarantes pour la plupart, même s’il y a un peu trop de clichés et de stéréotypes. Cet événement, dans le cadre de la semaine de l’égalité, consacre le traitement des rapports femmes-hommes et la perception de la nouvelle Moudawana dans la caricature.Le vernissage de l’exposition intitulée «Elle et lui» a eu lieu lundi dernier. Il a connu un succès inattendu. Dans les deux petites salles, la chaleur de la foule était prenante. Ont fait le déplacement le ministre du Développement social, Abderrahim Harouchi, la secrétaire d’Etat Yasmina Baddou, le maire de la ville Mohamed Sajid, le wali de Casablanca, M’hamed Dryef.Pour Harouchi, «la caricature est un vecteur médiatique puissant qui peut faire passer des messages importants et notamment celui de la complémentarité femmes-hommes». Belaid Bouimid, le caricaturiste du quotidien Al Bayane y voit d’abord une reconnaissance de l’art de la caricature.Les caricaturistes ont cette grande chance: pousser à l’extrême des situations pour en dégager les contradictions, les paradoxes et faire passer le message avec l’humour. «Un lecteur qui rit est un lecteur qui a capté un message», explique Rik, le caricaturiste de L’Economiste qui s’évertue dans chacune de ses œuvres à donner au moins deux clés de lecture. Rire en soi est une thérapie. Et rire d’une situation triste, voire dramatique, aide à accepter celle-ci. Le sujet des Marocaines qui ont encore beaucoup de combats à mener, donne à l’imagination la chance de pouvoir s’envoler à n’en plus finir. Car, comme l’a bien dit l’écrivain Lotfi Akalay, «faut-il le rappeler, ce qui frappe le plus chez la femme, c’est le mari». Hier mardi et ce vendredi devraient d’ailleurs avoir lieu des tables rondes autour de ce thème.Les pouvoirs publics veulent faire de cet art un vecteur de ce Maroc nouveau: il n’y a pas si longtemps, Basri, qui disait porter la voix de Hassan II, souhaitait voir disparaître les dessins des journaux! Mais cela pose le problème du rôle des médias, comme ceux des manuels scolaires. Faut-il dessiner la réalité ou penser le futur? En tout cas commençons par en rire! M. Kd.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc