×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Essence sans plomb: Pourquoi se taire?
Par Omar El FETOUAKI, cadre

Par L'Economiste | Edition N°:1739 Le 02/04/2004 | Partager

Depuis 1995, un grand nombre d'articles sur les problèmes du département de l'Energie et des Mines ont été publiés. Ces articles ont été rédigés par des cadres exerçant dans différentes directions de ce ministère. Jusqu'à présent, aucune suite officielle n'a été donnée à ces écrits. La hiérarchie se mure dans un mutisme caractérisé et fuit ses responsabilités. Ce comportement ne peut donner lieu qu'à des supputations et des conjectures. Que n'a-t-on entendu?! Soit que le problème soulevé est tabou, soit que le sujet est intéressant mais soulevé tardivement, soit que la question est d'actualité mais ne porte pas beaucoup d'intérêt, etc. Dans tous les cas, l'informel a pris le dessus dans notre département. On choisit toujours de laisser «le temps au temps». Dommage que ce département vive dans le silence. Ces cadres, qui rouspètent et fustigent le comportement de certains responsables, ou critiquent positivement la politique sectorielle, devraient représenter pour la hiérarchie ce que représente l'opposition pour un gouvernement -ou du moins ce qu'elle devrait représenter: sans l'opposition, la gouvernance est déséquilibrée. . Manque de bonne volontéC'est un manque de sérieux et de sens des responsabilités quand le ministère ne répond pas à des journalistes qui ne sont que des professionnels de la communication et qui vérifient l'existence d'un problème d'approvisionnement en produits pétroliers touchant directement le consommateur. Cela révèle un manque de bonne volonté pour assainir une situation. C'est l'exemple parfait du problème rencontré ces derniers temps dans la carburation des voitures consommant l'essence sans plomb. Des journalistes ont relayé la nouvelle en essayant de donner le maximum d'informations sur le problème et susciter un débat, mais malheureusement personne de l'Administration de tutelle n'a réagi. Le dernier écrit est signé par l'éditorialiste prestigieuse de L'Economiste connue par son sérieux et sa crédibilité. Il faut se rendre à l'évidence: les responsables se murent dans leur tour d'ivoire et attendent que les problèmes se résolvent d'eux-mêmes.. Le rôle des médiasL'ère de la communication est bel et bien parmi nous et nul ne peut prétendre régler les problèmes en faisant fi des sujets et des problèmes soulevés par les médias. Il aurait été judicieux que les responsables du ministère, directement concernés, prennent la peine d'informer le citoyen sans attendre qu'on le leur dise bruyamment. C'est une obligation de dire la vérité. Car le consommateur entend, jusqu'à preuve du contraire, que la tutelle n'a rien à dire ou ne veut rien dire sur le problème soulevé de peur d'avoir à en dévoiler d'autres. Quoi qu'il en soit, la tutelle a raté l'occasion de s'exprimer sur un sujet d'actualité, comme il l'a déjà fait à propos des problèmes de la réorganisation du département, les problème du raffinage, des approvisionnements du pays en produits pétroliers et de la politique énergétique d'une manière générale. Nos responsables se prélassent vraisemblablement dans d'interminables réunions tenues à huis clos entre eux ou avec d'autres départements et quelquefois avec le secteur de l'énergie et des mines. Pour eux, le citoyen n'a pas droit à l'information.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc