×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Essaouira/Emploi
    Tourisme et BTP, les secteurs porteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3326 Le 23/07/2010 | Partager

    . 1.500 emplois potentiels en 2010 dans les deux secteurs. 11% de chômage et précarité de l’emploi LES personnes qui cherchent de l’emploi à Essaouira ont intérêt à miser sur le tourisme ou le BTP! Selon des études prospectives menées par l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi et des compétences (Anapec) d’Essaouira, le taux de satisfaction de la demande est d’à peine 25% dans l’hôtellerie et de 15% dans le bâtiment. Toujours selon ces enquêtes, le nombre d’emplois potentiels est de 1.000 dans le secteur du tourisme-hôtellerie et de 500 dans le bâtiment, pour l’année en cours. D’ici à 2012, la demande devrait être croissante, car l’Anapec table respectivement sur 2.000 et 700 emplois. Des perspectives, donc, pour les personnes sans emploi! La province est, en effet, loin d’être épargnée par le chômage. Selon les derniers chiffres du haut-commissariat au plan (HCP), il y a environ 11% de chômeurs dans la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz. Au niveau de la province d’Essaouira, tout porte à croire que ce chiffre est au moins aussi important. Plusieurs habitants témoignent de leur difficulté à trouver un emploi. Depuis 2007, année où l’Anapec s’est implantée à Essaouira, une série de mesures ont été prises pour enrayer le phénomène du chômage. Entre janvier et août 2009, 548 demandeurs d’emploi ont été inscrits à l’agence. 84 personnes ont pu bénéficier d’une formation grâce au programme Taehil, 800 personnes ont été insérées à travers Idmaj et 8 projets ont été financés par le biais de Moukawalati. Pour 2010, l’Anapec prévoit d’inscrire 650 demandeurs d’emploi, d’en insérer 900 et de financer 20 projets. Les actions de l’Anapec ont également visé les entreprises. A fin 2009, le portefeuille clients de l’agence comptait 100 sociétés. Cette année, l’agence compte le renforcer de 70 sociétés supplémentaires. Pour atteindre les objectifs annoncés, un plan d’action a été mis en place pour l’année en cours. Les premières mesures visent à «améliorer l’employabilité des chercheurs d’emploi pour faciliter leur insertion professionnelle». Concrètement, il est prévu de créer deux espaces emplois dans les communes de Talmest et Ounagha, ainsi qu’un espace «emploi» à la Maison des jeunes d’Essaouira. Plusieurs espaces d’affichage sont également prévus, ainsi que des partenariats avec les agences des régions avoisinantes, telles Marrakech, Safi et Agadir. Par ailleurs, des ateliers méthodiques ou de création d’entreprises vont être organisés au profit des personnes ayant des difficultés d’insertion. Deux cibles sont particulièrement visées: les prisonniers et les handicapés. Le plan d’action prévoit également de professionnaliser l’accompagnement des employeurs et des investisseurs. Il s’agit ici de développer des actions de marketing et de prospection et d’augmenter le nombre de visites d’entreprises. La veille sectorielle n’est pas en reste. L’agence compte mener plus d’études: une étude sur le tourisme a déjà été menée et une autre dédiée à l’artisanat va être réalisée. C’est aussi au niveau du traitement des offres d’emploi que l’agence prévoit d’agir: elle veut saisir l’offre en temps réel, rendre l’affichage plus efficace et améliorer ses délais de réponse.De notre correspondante, Marie-Noëlle RASSON

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc