×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Essaouira renforce ses infrastructures d’assainissement

Par L'Economiste | Edition N°:2767 Le 30/04/2008 | Partager

. Un investissement de plus de 100 millions de DH . Tous les quartiers couverts, une station d’épuration opérationnelle Les rejets liquides sont totalement maîtrisés à Essaouira. En effet, les travaux sont bouclés et toute la ville aujourd’hui est raccordée au réseau. Pour rappel, l’investissement s’élève à 100 millions de DH et le chantier a démarré en 2005 (www.leconomiste.com). Mené par l’Office national de l’eau potable (Onep), le projet est financé à hauteur de 70% par la coopération allemande et 30% par la municipalité d’Essaouira. « Projet qui a permis l’amélioration des conditions sanitaires au niveau de la ville et surtout la protection du milieu naturel », indique Redwane Khanne, président de la Chambre de commerce, d’industrie et de service (CCIS). De fait, une station d’épuration de 25 ha de superficie a été mise en place à 4 km de la ville. Le coût de l’aménagement s’élève à 36,9 millions de DH. La capacité de traitement est de 10.000 m3 par jour. Les eaux traitées et purifiées serviront notamment à l’arrosage des golfs de la station touristique de Mogador. Le démarrage des travaux est prévu en juin prochain pour une durée de 6 mois et pour des investissements de l’ordre de 70 millions de DH. Le projet est financé par l’ONEP et le promoteur touristique. Actuellement, la ville d’Essaouira est desservie par un réseau d’assainissement collectif qui couvre toutes les zones urbanisées. Ce réseau est de type mixte. Il est unitaire pour le réseau de la médina, les quartiers industriels, des Dunes et Lalla Amina. Il est séparatif ou pseudo-séparatif pour les quartiers de l’ Erac à l’est de la ville. Appelé aussi lotissement V, ce dernier a été réalisé en 1990 par l’Erac Tensift. Son réseau d’assainissement était dans un état très dégradé. Le quartier qui compte actuellement plus de 5.000 habitants, était considéré comme le point noir de la ville. Ce quartier a nécessité à lui seul un budget de près de 15 millions de DH.Avant la mise en place des nouvelles infrastructures, le réseau faisait défaut dans certains quartiers. Par ailleurs, les rejets étaient déversés directement dans l’océan. De même, le problème des inondations était récurrent par temps de pluies. Pour redresser la situation, l’Onep a procédé à la pose de dalots pouvant atteindre jusqu’à 6 m de hauteur et 1 m de largeur. Les conduites d’eau potable ont été, par la même occasion, installées pour desservir toute la ville. Ces différents travaux de réseau d’assainissement et de conduite de refoulement ont nécessité à eux seuls un budget de plus de 56 millions de DH. Au niveau de la ville, trois stations de pompage ont été également aménagées pour plus de 7 millions de DH. De notre correspondant,Mohamed Ramdani

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc