×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Société

    Essaouira lutte contre la pauvreté

    Par L'Economiste | Edition N°:3285 Le 27/05/2010 | Partager

    . 49 communes ont un taux de pauvreté supérieur à 30%. Les priorités: routes, eau potable et enseignementC’EST une véritable bataille à laquelle se livre la province d’Essaouira. Elle tente d’enrayer le phénomène de la pauvreté tellement les chiffres sont alarmants. Sur les 57 communes que compte la province, 49 font face à un taux de pauvreté supérieur à 30%. A l’occasion de l’anniversaire du lancement de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), le service de l’Action sociale de la province dresse son bilan des cinq dernières années. Une semaine portes-ouvertes est également organisée jusqu’au 30 mai. Les besoins des habitants de la province d’Essaouira, dont 80% vivent en milieu rural, sont énormes. «De nombreuses communes de la province sont excentrées. Il est donc difficile de les équiper. La population a des besoins en matière de routes, d’éducation, de scolarité. A travers nos actions, nous tentons de désenclaver les populations», indique Nabil Kharroubi, gouverneur de la province d’Essaouira. Durant les cinq dernières années, 237 projets ont été menés. La plus grande partie (39%) concerne la construction de routes. Le taux d’accès routier a été porté de 42% en 2006 à 70% en 2009. L’éducation est une autre priorité. 20% des projets de l’INDH ont été menés dans ce domaine. Un programme d’appui à la scolarisation en milieu rural a été initié, ce qui a permis de construire et d’équiper 21 résidences. 1.727 élèves en ont bénéficié, dont 35% de filles. L’alimentation en eau potable est un autre gros chantier de la province. En 5 ans, 68 projets ont été réalisés dans 35 communes, ce qui a permis d’augmenter le taux d’accès à l’eau potable de 23% (45% en 2005 contre 68,67% en 2009).Autres domaines d’action: les activités génératrices de revenus (7%), la lutte contre la précarité (6%), les animations socioculturelles et sportives (5%) et la santé (1%). Au niveau des activités génératrices de revenus, des projets agricoles ont été menés (soutien aux coopératives d’huile d’argan, production de fromage de chèvre, valorisation des plantes aromatiques et médicinales…), mais également des initiatives dans le domaine de l’artisanat (construction d’un atelier de tapis traditionnel, aménagement d’un centre d’appui technique à la bijouterie). Du côté de la lutte contre la précarité, six centres d’accueil ont été mis à niveau et équipés, et six autres ont été nouvellement construits. Ils permettent d’accueillir les enfants abandonnés, les femmes en situation difficile ou encore les personnes âgées. Coût total de l’ensemble des projets: 318,5 millions de DH. L’INDH est, certes, la principale source de financement de ces projets, mais pas la seule. Le montant total de son aide s’élève à environ 235 millions de DH. La province bénéficie de 3 programmes: le programme de lutte contre la pauvreté en milieu rural, le programme transversal et le programme de lutte contre la précarité. Le premier programme est de loin le plus important, avec 172,5 millions de DH, soit 74% de l’aide allouée par l’INDH. Le second totalise 45 millions de DH (19% de l’aide) et le dernier 16,5 millions de DH. D’autres partenaires sont également intervenus dans le financement des projets, telles la province d’Essaouira, les communes concernées, l’Office national de l’eau potable, les délégations des ministères, les associations locales, le Conseil provincial…


    Caractéristiques

    LA province d’Essaouira s’étend sur une superficie de 6.335 km2, ce qui représente 0,9% de la superficie totale du Maroc. La longueur du littoral est de 153 kilomètres. Elle compte 452.979 habitants dont 80% vivent en milieu rural, d’après le dernier recensement de population qui date de 2004.La province compte 57 communes, dont 5 urbaines et 52 rurales. Les principaux secteurs d’activité de la région sont l’agriculture, l’artisanat, la pêche et le tourisme.Marie-Noëlle RASSON

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc