Economie

Essaouira: Des hôteliers victimes du «Kaiser»

Par L'Economiste | Edition N°:3113 Le 23/09/2009 | Partager

. D’origine tunisienne, il porte les nationalités polonaise, tchèque et ukrainienne. Le séjour de 600 touristes encore impayé . Des victimes aussi à Agadir et Marrakech C’EST une arnaque qualifiée d’inédite dans les annales de l’escroquerie dont ont été victimes 3 hôtels classés, 5 et 4 étoiles, à Essaouira et 2 autres à Marrakech. En effet, quelque 600 touristes tchèques ont été pris en charge et en pension complète pendant des séjours allant d’une à 3 semaines dans la ville du festival des gnaoua durant la période allant de fin juin et jusqu’au terme du mois de juillet. Des séjours très agréables pour les visiteurs. Mais qui ont tourné au cauchemar pour les hôteliers de la place. Ces derniers n’ont jusqu’à aujourd’hui pas été rétribués pour leurs prestations estimées à un total de plus de 2 millions de DH. L’opération a été magistralement orchestrée depuis le mois d’avril. Un homme, qui se fait appeler Claude Kaiser, s’était présenté aux opérateurs touristiques de la ville en tant que président d’une agence de voyages, «Relax Max Tour», établie en République tchèque. Il avait annoncé son intention d’organiser un Eductour et a invité une vingtaine de journalistes et des représentants d’autres agences pendant 5 jours à Essaouira. Des articles et des reportages ont bien été publiés en Tchéquie faisant connaître les attraits et les produits d’Essaouira. C’est ce qui a encouragé 3 hôteliers d’Essaouira à passer des contrats avec «Relax Max Tour». «Claude Kaiser» promettait de continuer à amener des clients même pendant le mois de Ramadan et au cours de toute la basse saison. Une carotte alléchante très tentante pour les hôteliers. Et en effet, un premier vol charter avec à son bord une centaine de touristes tchèques, dont des familles entières, a atterri à Marrakech. Au total, ce sont 6 charters qui ont été réceptionnés à fin juillet. Fort de cet appât, le président de la société tchèque a déclaré ne pas avoir besoin de l’assistance de l’ONMT ni du ministère marocain du Tourisme pour faire aboutir ses transactions. Un fait qui a commencé à éveiller les doutes chez les opérateurs touristiques. Les hôteliers ont, donc, commencé à réclamer leurs dus après la visite du premier groupe. «Claude Kaiser» a, alors, produit des chèques d’une banque de Prague avec des montants variant entre 5.000 et 10.000 euros. Avec l’arrivée du 2e groupe, les opérateurs ont réclamé à ce que les factures soient payées par virement bancaire à partir de Prague. Pas de problèmes: celui qui se fait appeler Kaiser a présenté des documents attestant que les virements ont bien été effectués. Mais il s’est avéré par la suite que ces attestations étaient simplement des papiers bidon retirés via Internet, est-il déclaré auprès des autorités en charge du dossier. «Claude Kaiser», de grande prestance, s’habillait fastueusement et laissait apparaître avec ostentation des portables tactiles dernières générations et portait des objets luxueux. Il ne se laissait jamais démonter par des questions pressantes et répondait avec une très grande assurance pour intimider ses interlocuteurs, comme le décrit un opérateur touristique d’Essaouira. Il faisait aussi monter la pression en annonçant l’arrivée d’un groupe à la dernière minute. Pendant le mois de juillet, haute saison, c’était une véritable gymnastique pour les dirigeants des établissements touristiques. Le président de «Relax Max Tour» a essayé de créer le trouble parmi les patrons des hôtels. Il faisait des scandales à propos de mauvais services ou de prestations fournis aux touristes tchèques dans tel ou tel établissement. Pour ensuite aller se plaindre de la mauvaise qualité de l’un auprès de l’autre opérateur. Son objectif était de créer des dissensions entre les professionnels d’Essaouira pour qu’ils ne fassent pas front commun, est-il dit. Prétextant un mauvais service, il a déplacé un groupe de 30 personnes d’un hôtel 4 étoiles pour le faire résider dans un 5 étoiles. Cette action a eu un effet contraire à celui escompté. «On ne loge pas un client qui a payé pour 4 étoiles dans un 5 étoiles», a indiqué le directeur d’un hôtel. Les hôteliers se sont, alors, réunis pour faire front commun pour exiger le payement des factures. Ils ont menacé de bloquer les clients. Mais «c’était une simple menace car nous ne pouvions pas éthiquement le faire», est-il affirmé. Ils ont aussi réclamé les codes Swift de la banque de Prague relatifs aux virements. Les codes en question ont été encore fabriqués depuis le réseau web, confirme-t-on. Les hôteliers se sont, finalement, assurés des fausses manœuvres en contactant directement par téléphone la banque tchèque. Une plainte a été déposée auprès des instances pénales d’Essaouira. Et «Claude Kaiser» a été arrêté à son retour d’Europe le 7 août dernier. Les hôteliers ont pris sur eux-mêmes de mener leurs propres enquêtes pour savoir qui est véritablement Claude Kaiser. Concrètement, ils ont établi des contacts en Tchéquie et à travers Vienne en Autriche. Ils ont été surpris d’apprendre que la société «Relax Max Tour» n’a été créée qu’en mai. C’est-à-dire quelques semaines avant d’établir le contact avec les hôteliers d’Essaouira. Mieux encore: cette société qui n’était pas encore enregistrée au registre de commerce en République tchèque venait d’être déclarée en faillite. Apparemment, Kaiser s’apprêtait à tirer son épingle du jeu en demandant aux hôteliers d’Essaouira d’attaquer en justice… la société sinistrée. Les derniers clients de Kaiser (au nombre de 47) ont été rapatriés par une assurance qui couvrait «l’agence» de Kaiser. Des centaines d’autres clients tchèques qui avaient acheté un voyage devront aussi s’adresser à l’assurance pour se faire rembourser, indique-t-on. Les hôteliers ont appris également que «Claude Kaiser» avait pu obtenir la nationalité polonaise mais qu’il est d’origine… tunisienne. Il parle très bien les langues arabe et française. L’enquête a révélé qu’il se fait aussi appeler Klaudiusz Kaiser Helman. En réalité, il s’appelle Kais Hanafi et il est né en 1962 de père et de mère tunisiens. D’autres Tunisiens travaillent avec lui. Ils ont apparemment trouvé une faille dans la loi tchèque en créant des sociétés pour ensuite les déclarer en faillite et faire jouer l’assurance. Il a aussi déclaré qu’il était pilote d’avion aux Etats-Unis et qu’il était gardien de but au sein de l’équipe nationale tchèque. Il aurait monté des opérations similaires à partir de l’Ukraine et aurait opéré avec le même mode dans plusieurs pays, notamment en Tunisie, en Egypte et même à Dubaï. Il avait fait, d’ailleurs, l’objet d’un avis international de recherche d’Interpol. Et il aurait été incarcéré. N’ayant pas froid aux yeux, il a attaqué en justice l’Etat tchèque comme quoi son arrestation a mis en cessation d’activités sa société. Ce qui lui aurait causé la perte de clients et donc d’argent. L’on a aussi appris qu’il aurait arnaqué des hôtels à Agadir. Un hôtel luxueux de cette ville a déposé une plainte contre lui auprès des autorités locales en 2008. L’homme aurait opéré à l’époque à Agadir en tant que président de l’agence «Sahara Tours Ukraine» Il a disparu en laissant une ardoise se chiffrant à 150.000 DH. L’affaire suit encore son cours.


Perte sèche

ACTUELLEMENT, Claude Kaiser ou Helman ou Kais Hanafi ne se laisse pas intimider devant le procureur ni devant le juge d’instruction à Essaouira, dit-on. Il affirme vouloir payer ses dettes et que ce qui est arrivé ne serait qu’un «simple malentendu commercial». En attendant, les ordres de virement qu’il a certifiés depuis début juillet ne sont toujours pas arrivés. Et maintenant que la société qu’il avait créée a été déclarée en faillite quelques mois seulement après sa création, les hôteliers d’Essaouira et de Marrakech se demandent comment récupérer leurs dus… A défaut, c’est une perte sèche pour eux. De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc