×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Espagne: Alerte à la hausse des prix alimentaires

Par L'Economiste | Edition N°:2643 Le 01/11/2007 | Partager

. 20% du budget des ménages seront consacrés à la nour-ritureLa hausse des prix des aliments qui frappe l’Europe n’est pas un épisode passager, mais une tendance de fond, «une alerte qui annonce un tsunami», selon les industriels du secteur alimentaire espagnol, cités dans la presse du 31 octobre. Le secrétaire général de la Fédération des industries de l’alimentation et de la boisson (Fiab), Jorge Jordana, estime que les hausses ressenties ces derniers mois par les ménages européens «ne sont pas une averse, mais une alerte au tsunami», selon le quotidien Cinco Dias. «Les hausses vont durer, que cela nous plaise ou non», a-t-il ajouté, selon le journal El Mundo. La Fiab demande notamment une réforme de la Politique agricole commune (PAC), un accès aux Organismes génétiquement modifiés (OGM) et plus d’énergie nucléaire pour y faire face. Selon les calculs de la Fiab, la hausse des prix alimentaires va obliger les ménages à consacrer bientôt 20% de leur budget à la nourriture, contre 17% actuellement. Jordana ajoute que la volatilité des prix alimentaires va devenir une constante économique à laquelle les ménages vont devoir s’habituer. Il a également affirmé que la crise des «subprimes» aura des conséquences sur le secteur alimentaire. «Après la crise des subprimes, les fonds se sont déplacés vers les marchés à terme des céréales et du pétrole. Il y a eu un accès de financement extraordinaire d’opérateurs non habituels qui vont disparaître à terme», a déclaré Jordana. Il ajoute que les prix du pétrole élevés, et l’engouement qu’ils provoquent pour les biocarburants contribuent à cette hausse. «La calorie brûlée par l’homme et par l’animal est en concurrence avec la calorie brûlée par la machine», selon lui. «La première chose à faire est de changer l’orientation de la PAC, cela suffit de subventionner pour rien», a-t-il déclaré. La Fiab demande aussi une «politique de stocks», afin de lutter contre les aléas de productions, et enfin, de pouvoir recourir aux Organismes génétiquement modifiés (OGM) et à l’énergie nucléaire, afin de faire baisser la sensibilité au pétrole. L’inflation espagnole s’est fortement accélérée au mois d’octobre, se situant à 3,6% sur 12 mois contre 2,7% le mois précédent, notamment en raison de la hausse des prix du pétrole et des aliments.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc