×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Errachidia fait face à l'invasion des criquets

Par L'Economiste | Edition N°:1742 Le 07/04/2004 | Partager

. Près de 97.482 hectares traités dans la région au 3 avrilQuelque 97.482 hectares ont été traités jusqu'au 3 avril dans la région d'Errachidia, dans le cadre de l'opération de lutte antiacridienne, selon un membre du poste de commandement régional (PCR). Les premières invasions du criquet pèlerin dans la province d'Errachidia ont eu lieu à partir du 29 février dernier au niveau des zones frontalières. C'est ce qu'indique Mohammed Herras, responsable de l'Office régional de mise en valeur agricole (ORMVA) du Tafilalet. Il précise que sur les 97.482 hectares, 73.504 ont été traités par des moyens aériens, soit 75%. La province a été subdivisée en trois lignes de défense, encadrées par 7 sous-postes de commandement (SPC) opérationnels avec une mobilisation (24h/24) des moyens humains (608 personnes) et matériels pour faire face à ce fléau, explique Herras. Les principales interventions de traitement se situent au niveau des deux premières lignes de défense avec 97% (1re ligne: 50 à 100 km des frontières). Aussi, des mesures d'aménagement de 6 postes d'atterrissage au niveau des SPC ont été réalisées afin de permettre plusieurs rotations de traitement et assurer une proximité et une rapidité d'intervention.Historiquement, le Tafilalet, de par sa situation géographique et l'immensité de son territoire (60.000 km2), avait connu des invasions similaires durant les campagnes 88-89, 93-94 et 94-95. Ces campagnes ainsi que l'invasion actuelle ont permis aux responsables régionaux et techniciens d'acquérir un savoir-faire en matière de lutte et d'identification des principaux couloirs d'infiltration dans la zone. Depuis les premières apparitions le 29 février, la superficie déclarée infestée est passée de 370 hectares à plus de 10.900 hectares par jour. La densité du criquet pèlerin varie d'un essaim à l'autre de 10 à 124 unités par m2, avec une moyenne de 24 unités par m2. Les stades les plus rencontrés sont: adulte, mature, accouplement et ponte. Ce dernier stade représente plus de 50%, soit environ 50.000 hectares. Le PCR a, à cet effet, procédé à l'élaboration d'un programme spécifique pour la lutte contre les larves, basé essentiellement sur l'identification des sites de pontes et l'installation des unités de traitement à proximité des foyers. (MAP)

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc