×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Equipements industriels: Quatre Espagnols tâtent le marché

Par L'Economiste | Edition N°:528 Le 14/06/1999 | Partager

· Branches: Agro-alimentaire, pharmacie, emballage, cosmétique et chimie
· Les ventes de machines en Tunisie dépassent parfois celles du Maroc
· Les Espagnols veulent jouer la carte de la proximité


Une exposition industrielle de quatre grandes marques espagnoles (Bachiller, Volpak, See Tatxa et Telstar) s'est achevée samedi dernier à Casablanca. Les visiteurs étaient surtout des opérateurs dans l'agro-alimentaire ainsi que dans les industries pharmaceutique, cosmétique et chimique(1).
M. Julio Manrique-Celada, directeur de la Division Internationale de Bachiller (dont le siège est en province de Barcelone) vient pour la première fois exposer au Maroc. "Ce n'est sans doute pas la dernière", indique-t-il. Pour lui, le potentiel du marché marocain est important. Son entreprise a accentué depuis trois ans sa prospection au Maroc. Elle s'est alliée avec GMP (General Morocco Product) pour la représenter.
Bachiller (spécialisée dans la fabrication de broyeurs, mélangeurs, disperseurs...) exporte ses machines dans plus de 45 pays. Elle privilégie le plus souvent les contacts directs, car les machines nécessitent des démonstrations techniques.
Le marché marocain représente 4 à 5% du chiffre d'affaires à l'exportation de Bachiller. Depuis le début de cette année, l'industriel espagnol a réalisé un chiffre d'affaires de près de 3,7 millions de DH sur le territoire marocain.
Pour sa part, M. Francesc Cuirans, directeur à Volpak (société spécialisée dans la fabrication de machines ensacheuses, encarteuses et entuyeuses), veut surtout consolider sa présence au Maroc. "Nous nous sommes déjà introduits dans ce marché et nous avons une quarantaine de machines déjà en service au Maroc", explique-t-il. Cette entreprise est représentée elle aussi par GMP depuis plus de 3 ans.
Du 1er janvier 1999 à aujourd'hui, Volpak a réalisé un chiffre d'affaires de 7,6 millions de DH au Maroc. Ce pays représente 3,7% du chiffre d'affaires à l'exportation de Volpak. Ce groupe industriel est presque entièrement orienté vers l'exportation. Il a réalisé près de 95% de son chiffre d'affaires en dehors de l'Espagne. En 1998, les ventes de Volpak à l'exportation se sont chiffrés à près de 320 millions de DH. L'Egypte constitue son premier client en Afrique avec 100 machines vendues, suivie de la Tunisie avec 46 machines. Le Maroc est classé en troisième position avec 40 machines.
Le marché marocain constitue également pour SEE Tatxa un pont vers l'Afrique. Cette entreprise spécialisée dans les étiqueteuses (machines qui permettent de coller des étiquettes sur les boîtes de conserve), est représenté depuis trois ans par GMP au Maroc. Elle a six machines en service dans le Royaume pour un chiffre d'affaires de près de 2,3 millions de DH. "On fabrique près de 70 machines annuellement qu'on essaye d'adapter aux produits du client", explique M. Jaume Mele, directeur Export de See Tatxa.
Le quatrième exposant est en phase de prospection au Maroc. Il s'agit de Telstar dont le chiffre d'affaires au Maroc est encore insignifiant, selon M. Robert Bullich, responsable commercial. Telstar fabrique entre autres des machines de stérilisation et de filiation de l'air. Ces appareils peuvent être utilisés dans des laboratoires, des cliniques... Ce sont en fait des salles blanches qui évitent toute contamination ou infection. Telstar est représentée depuis un an par GMP. Son principal client en Afrique reste l'Egypte avec un chiffres d'affaires de 17 millions de DH. L'entreprise, dont le siège est à Barcelone, a réalisé un chiffre d'affaires de près de 200 millions de DH en 1998.

Hicham RAÏQ

(1) Cf L'Economiste du mercredi 9 juin 1999.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc