×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Equipements industriels: Plus 33% sur les importations en 1998

Par L'Economiste | Edition N°:531 Le 17/06/1999 | Partager

· Une partie des entreprises est en train de renouveler son parc industriel, malgré la stagnation des investissements

· Les branches les plus fortes sont le textile et le génie civil-mine

· Ce mécanisme va accroître la discrimination entre les entreprises


Les premières données de l'Office des Changes viennent d'arriver, avec la confirmation d'un fait connu, mais qui a été totalement sous-estimé: l'année dernière les importations de biens d'équipement ont bondi de 33%, un tiers en plus qu'en 1997.
En 1998, ces importations se sont montées à 24,6 milliards de DH contre 18,5 milliards l'année précédente.
L'Office des Changes note "qu'il y a une corrélation étroite entre les investissements et les besoins d'équipement". C'est effectivement une question de bon sens, sauf qu'en 1998 les investissements ont stagné. Cette stagnation est confirmée par le système bancaire qui n'a pas eu de croissance significative de la demande de crédits comme par l'explosion du taux de chômage. En revanche, la consommation d'électricité, indicateur d'activité s'il en est, continue d'augmenter sur un rythme normal. Le rapprochement de ces données révèle qu'un phénomène est en train de se produire dans les entreprises industrielles. Il s'agit du renouvellement du matériel.
Ce phénomène n'est saisi par aucun système statistique, mais il semble bien installé. Les entreprises changent et sur un rythme élevé leurs machines et leur matériel d'exploitation, de même que leurs véhicules de transport.

Les records sont détenus par le textile (plus 42,3%) et par les mines-travaux publics, deux secteurs pourtant réputés sinistrés. Le premier se plaint surtout de la concurrence internationale sur les marchés à l'export et le second de la baisse constante des commandes de l'Etat.
La contradiction mérite que l'on s'y attarde, car elle est sans doute le signe physique d'un autre phénomène: celui de la rapide discrimination entre les entreprises. Les chiffres montrent qu'il y a d'un côté des entreprises qui sont en train de changer de procédé de production, d'abaisser leurs coûts de revient... De l'autre côté, les commentaires sur les cas de sinistres montrent qu'une catégorie d'entreprises est en train de manquer le train.
Les données de l'Office des Changes, qui ne sont pas encore définitives, sont maintenant suffisamment larges pour être significatives.
Elle montrent très clairement le mécanisme en marche dans l'économie marocaine. Ce mécanisme broie certaines entreprises, tandis que d'autres vont sortir rénovées de cette période et ce, avant même que le désarmement douanier ne vienne en puissance supplémentaire.
Il reste à savoir si ce mécanisme est capable de redonner du tonus au marché de l'emploi. Il n'y a pas de certitude. En revanche, si le mouvement n'est pas amplifié, alors le chômage va continuer à croître.

Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc