×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Environnement: Les entreprises maghrébines s’organisent

Par L'Economiste | Edition N°:3181 Le 30/12/2009 | Partager

. Un plan d’action autour de la sécurité alimentaireLe Réseau des entreprises maghrébines pour l’environnement (REME) vient d’arrêter un plan d’action autour de la sécurité alimentaire. C’est du moins ce qu’a laissé entendre la secrétaire générale de l’Association algérienne des producteurs de boissons (APAB). Meriem Bellil a indiqué que l’année 2010 connaîtra l’injection de tous les standards de qualité ISO 22 000 et HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point, méthode et principes de gestion de la sécurité sanitaire des aliments), sur la gestion de l’eau, son économie et la valorisation des sous-produits en les recyclant. Pour la SG de l’APAB, le REME a pour objectif de «sensibiliser les entreprises aux problématiques de l’environnement qui permet par ricochet l’amélioration du processus de production et du produit en définitif». Le plan d’action prévoit des formations et des conseils, en mettant à disposition des experts qui travailleront avec une optique maghrébine globale et développer par la même occasion l’échange entre les entreprises maghrébines. Bellil a révélé que GTZ partenaire du REME, se retirera en 2012 pour céder la place à l’expertise maghrébine. «Le réseau des entreprises maghrébines pour l’environnement (REME), créé en 2004, est une initiative qui provient du programme de la coopération allemande GTZ, depuis 2006», a expliqué Bellil, notant que l’idée était d’essayer de fédérer toutes les entreprises de la région du Maghreb autour des questions de citoyenneté environnementale. Pour l’instant, a-t-elle dit, ce réseau regroupe à l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, une fois qu’il sera plus solide, il sera élargi à la Mauritanie et la Libye. Pour chaque pays, le porte-parole est l’organisation patronale (la CGEM pour le Maroc, de l’UTICA pour la Tunisie et enfin la CACI pour l’Algérie). La présidence du réseau, a expliqué Bellil, est annuelle dont celle de 2009, a été assurée par Bendjabber, président de la Chambre algérienne du commerce et d’industrie (CACI). La présidence sera probablement assurée par la Tunisie en 2010, a-t-elle renchérit. De notre correspondant permanent à Alger N. LARIBI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc