×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Affaires

    Environnement: Le parchemin de Veolia

    Par L'Economiste | Edition N°:1786 Le 09/06/2004 | Partager

    . 12 enfants marocains ont peint une partie de cette toile . Le parchemin sera exposé à l’Institut Pasteur à Paris Après une tournée dans 24 villes du monde, le parchemin aux couleurs de l’environnement fait escale à Rabat. Il s’agit de son avant-dernier voyage avant de rejoindre l’Hexagone, où il sera exposé à l’Institut Pasteur à Paris. «Le parchemin autour du monde» est une initiative du groupe français Veolia, présent au Maroc à travers Redal et Onyx à Rabat, Amendis à Tanger. Le grand rouleau a été mis à la disposition d’artistes en herbe pour manifester leurs préoccupations vis-à-vis de l’environnement à coups de pinceaux. 12 enfants issus des écoles françaises au Maroc, de l’académie de Rabat et de la Fondation Lalla Asmaâ pour les sourds-muets se sont penchés sur un pan de cette toile. «L’idée était de lancer une action en faveur de l’environnement à portée internationale et être mobile pour en faire participer un grand nombre d’enfants du monde», a déclaré à L’Economiste Anne Froger, responsable de la communication internationale au sein du groupe, lors de la présentation de l’oeuvre mardi à Rabat. Le président-directeur général du groupe, Henri Proglio, a tenu à être présent à cette manifestation haute en couleurs juvéniles. «C’est un grand signe en faveur du Maroc», précise l’un des collaborateurs du PDG du groupe. Pour Proglio, «nous avons une responsabilité envers les jeunes que nous devons assumer». Cette action artistique en faveur des jeunes est la manière du groupe pour prouver son engagement en faveur d’un monde où industrie et respect de la nature font bon ménage. Un espace de 80 cm a été accordé aux enfants marocains sur le rouleau, à l’instar des autres villes que le parchemin a sillonnées. Les dessins griffonnés sur le parchemin révèlent l’origine des enfants. Les représentations des bambins natifs des pays industrialisés par exemple évoquent la nécessité d’en finir avec les déchets toxiques et nucléaires. Celles des enfants issus du tiers-monde font appel au respect de la nature, à la propreté dans la rue, et dénoncent les amoncellements de déchets qui altèrent le cachet de leur ville. Les enfants du Maroc, eux, sont plus préoccupés par la propreté des plages. A l’approche de la période estivale, ils espèrent que les baies seront de moins en moins polluées. Les représentants des collectives locales aussi présents ont pu avoir une idée sur les priorités de l’enfant en matière de l’environnement. Le vert, couleur qui revient avec insistance dans les toiles des enfants, les appelle à développer davantage des espaces verts où ces petits peuvent respirer une bouffée d’air pur. Pour réaliser un rouleau de 36 m de largeur, le groupe a fait appel à des Chinois, spécialistes en la matière. «C’est un rouleau fait main», rassure-t-on auprès du groupe. La fabrication artisanale du rouleau pour le parchemin autour du monde a rencontré des difficultés techniques, vu sa longueur exceptionnelle de 26 mètres. Pour l’intérieur du rouleau, un cadre de soie est soigneusement collé autour de la partie du papier de riz destinée au dessin. Les deux morceaux sont ensuite assemblés pour former le rouleau, auquel sont ajoutés les bâtons de bois de chaque côté pour le dérouler ou l’enrouler plus facilement. Combien ce geste envers l’environnement a coûté au groupe? «Pratiquement rien, sinon les frais d’acheminement du rouleau par avion», indique un responsable du groupe.


    Veolia lorgne le transport public

    Le PDG du groupe ne dissimule pas sa satisfaction quant à l’implantation réussie du groupe au Maroc. «En l’espace de deux ans, nous avons réalisé beaucoup de progrès dans nos premiers secteurs, mais il reste du travail à faire surtout au niveau des déchets industriels», confie-t-il à L’Economiste. Proglio espère également développer l’activité du groupe dans d’autres communes. A présent, le groupe français lorgne le secteur du transport public. «Nous avons des projets relatifs à ce secteur», ajoute-t-il. Amal BABA ALI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc