×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Entretien des piscines: Sus aux bactéries

    Par L'Economiste | Edition N°:521 Le 03/06/1999 | Partager

    · Piscines publiques: Hygiène et nettoyage quotidiens pendant l'été

    · Travaux d'aménagement en hors saison

    · Pour les particuliers, l'entretien peut atteindre 1 million de DH


    La saison estivale commence plus tôt que prévu. Le temps s'est adouci et les piscines privées de la Corniche casablancaise ont ouvert leurs portes. Rien de tel qu'un plongeon pour se rafraîchir et se détendre. Mais derrière ces apparences, un long et fastidieux travail est effectué pour maintenir et entretenir en l'état ces complexes. Il faut refaire les peintures, traiter l'eau. Le traitement mécanique consiste notamment en la filtration de sable. A chaque type de piscine correspond un traitement approprié. Côté hygiène, M. Abdelaziz Qriouet, directeur de Miami-Plage(1), explique que la construction des bassins avec du polyester ou l'élévation d'un mur ordinaire ne garantissent pas une grande propreté. La faïence est peut-être difficile à entretenir, mais efficace sur le plan de la l'hygiène. Les directeurs des principales piscines de la capitale économique affirment que le nettoyage des bassins et le changement d'eau sont effectués quotidiennement. L'eau est généralement pompée du large et filtrée.
    Au lendemain de la saison estivale, commencent les travaux de repli. Ils consistent à accomplir des aménagements, tels que les réparations des moteurs, le rangement des parasols, le rachat de nouveau mobilier (chaises, tables...) et les travaux de peinture. Il durent en moyenne deux mois. Les coûts de ces travaux varient d'une année à l'autre, s'accordent à dire les dirigeants des piscines sans avancer de chiffres.

    Du côté des particuliers, les frais sont souvent élevés. Considéré comme un phénomène de mode, les piscines sont de plus en plus prisées. Plus de 5.000 sont réparties sur les grandes villes, surtout Casablanca, Rabat et Fès. Selon M. Ali Berhili, directeur général de Systred, société spécialisée dans l'installation et l'équipement de piscines: «Une piscine de taille moyenne (5x10m) coûte entre 160.000 et 250.000 DH, un prix qui varie entre les marques des équipements, du carrelage, des accessoires et des dimensions». Le prix du carrelage oscille entre 80 et 400 DH le m2.
    Mais l'entretien est aussi onéreux. L'installateur ou le propriétaire assure le suivi en entretenant la qualité de l'eau avec des produits chlorés. «Cela peut revenir à 45, voire 50 DH par jour en comptant l'électricité», indique-t-il. Le traitement chimique consiste à stériliser l'eau à base de produits chlorés, pour éviter la prolifération des bactéries et des microbes. Pendant l'été, l'entretien est quotidien. Hors saison, la piscine moins utilisée ne nécessite pas le même traitement. Pour des piscines dont le calibre est plus important, l'installation peut dépasser les 400.000 DH et l'entretien annuel en eau et électricité peut atteindre jusqu'à 1 million de DH.

    Radia LAHLOU

    (1) Cf L'Economiste n°292 du 7 août 1997.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc