×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprise Internationale

    Entreprises publiques françaises: Les premières nominations

    Par L'Economiste | Edition N°:103 Le 11/11/1993 | Partager

    Après les privatisations, Matignon redéfinit les pouvoirs dans le monde des affaires français.

    Ainsi, le gouvernement Balladur annonce les nominations des nouveaux patrons des entreprises publiques et les sorties honorables pour certains présidents remerciés. Comme prévu, Jacques Friedmann, conseiller d'Edouard Balladur et de Jacques Chirac, prendra la présidence de l'UAP et Jean Peyrelevade, ancien patron du groupe Suez, celle du Crédit Lyonnais, à la place de Jean-Yves Haberer. Ce dernier devra prendre les rênes du Crédit National.

    Ancien collaborateur de Michel Rocard, Yves Lyon-Caen, actuel PDG du Crédit National et dont le mandat arrive à échéance le 16 novembre, s'est vu proposer la direction de l'UGAP (Union des Groupements des Achats Publics). Mais il semblerait que Yves Lyon-Caen ne trouve l'offre guère alléchante.

    Le directeur de cabinet de l'ancien ministre du Budget, Jean-Dominique Comolli, directeur des Douanes, serait nommé à la présidence de la Seita. Il remplacerait à ce poste Bertrand de Gallé, auquel échoirait la Française des Jeux. L'actuel patron du Loto, Gérard Colé, ancien conseiller en communication de François Mitterrand, pourrait quant à lui occuper la présidence de l'ANPE.

    Largement discuté, ce mouvement de nominations a une justification principale: placer à la tête d'un groupe clef dans l'organisation des privatisations 1993-1995 un homme proche du gouvernement. Tel était déjà le schéma lors des privatisations de 1986-1988. Les pouvoirs publics français ont aujourd'hui pour objectif de réaliser le passage au privé de l'UAP vers la fin du premier trimestre 1994. Pour sa part, Jean Peyrelevade devra relever le défi de redresser la rentabilité de la première banque française et européenne: le Crédit Lyonnais.

    Akzo et Nobel fusionnent

    DANS le secteur en crise de la chimie, la fusion du groupe néerlandais Akzo et du chimiste suédois Nobel vient de donner naissance au neuvième chimiste mondial. Le nouveau groupe prendra le nom d'Akzo-Nobel, avec 75.000 salariés et un chiffre d'affaires légèrement supérieur à 11 milliards de Dollars. Le règlement se fera par échange d'actions: 2 titres Akzo contre 57 actions Nobel. Akzo procédera en outre à une augmentation de capital de 1,3 milliard de Florins (715.000 Dollars), par placement auprès d'investisseurs institutionnels.

    Les modalités de la fusion seront soumises aux assemblées d'actionnaires au mois de janvier. Au terme de la transaction, la société d'Etat Securum, qui détient 61% du capital de Nobel et 71% des droits de vote contrôlera 20% de la nouvelle société. L'intégration de Nobel permettrait à Akzo de grossir d'environ 30% pour atteindre un chiffre d'affaires consolidé de l'ordre de 65 milliards de Francs, doublant notamment de taille dans les peintures. Pour Nobel, ce projet de fusion marque la fin d'une décennie en dents de scie. En effet, en dépit de la cession de plusieurs actifs, Nobel reste fragile et ses résultats ont été durement affectés par la crise.

    L'automobile européenne en baisse de 15,4%, le Royaume-Uni seul rescapé

    LES ventes d'automobiles ont chuté de 15,4% dans la CEE au cours des dix premiers mois de l'année par rapport à 1992.

    Selon l'Association des Constructeurs Européens d'Automobiles (ACEA), 9,11 millions de véhicules ont été vendus dans la Communauté entre janvier et octobre 1993, contre 10,77 millions entre janvier et octobre 1992.

    Tous les Etats membres de la CEE sont touchés, à l'exception du Royaume-Uni qui enregistre une hausse des ventes de 12,1%.

    En revanche, les plus fortes baisses sont relevées en Grèce (-27,3%), en Espagne (-35,3%), en Italie (-22,1%), en Allemagne (-18,4%), en France (-17,2%) et aux Pays-Bas (-15,9%)

    Les chiffres de l'ACEA montrent pour le seul mois d'octobre 1993 une baisse des ventes de 13,9% par rapport à octobre 1992. Seuls le Royaume-Uni (+15,5%) et le Danemark (+3,6%) enregistrent une hausse des ventes durant le mois d'octobre. De leur côté, les pays de l'Association Européenne de Libre-Echange (AELE: Autriche, Finlande, Norvège, Suède, Suisse, Islande et le Liechtenstein) sont également touchés, à l'exception de la Norvège, avec une baisse cumulée de 12,9% des ventes sur les dix premiers mois de 1993 et de 13,4% pour le mois d'octobre.

    McDonneII Douglas enregistre un bénéfice record

    LE second constructeur aéronautique américain et le premier fournisseur du Pentagone vient d'annoncer un bénéfice net record de 142 millions de Dollars au troisième trimestre contre une perte de 42 millions de Dollars un an auparavant.

    Ce bénéfice inclut un gain exceptionnel de 41 millions en raison d'un changement du régime fiscal.

    Cependant, le chiffre d'affaires est en baisse à 3,43 milliards de Dollars contre 3,89 milliards au troisième trimestre de 1992. Les raisons avancées sont la réduction des commandes militaires et le marasme du marché des avions commerciaux.

    Synthèses réalisées par Meriem OUDGHIRI

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc