×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Entreprenez, l’aide est là!

Par L'Economiste | Edition N°:2421 Le 13/12/2006 | Partager

. Le MEN, le CJD, l’Anapec, la CCISC, tous soutiennent les jeunes créateurs. Les entreprises accompagnées sont les moins menacées de disparitionSusciter chez les jeunes l’envie de créer leur propre entreprise et leur transmettre le message qu’il existe une voie autre que le «fonctionnariat» et le salariat. Tel était l’objectif recherché à travers l’organisation de la troisième Journée nationale de l’entreprise, dont le thème n’était autre que «l’accompagnement: un pont de l’école vers l’entreprise». Les débats ont porté sur les questions de la relation entre l’école et l’entreprise: la promotion de l’esprit d’entrepreneuriat auprès des étudiants, la détection, la création et l’accompagnement des projets d’entreprise. . Des programmes d’enseignement adaptésAinsi, les intervenants, représentant les diverses institutions concernées, notamment le MEN, le CJD, l’ambassade de Grande-Bretagne, l’Anapec et la CCISC, ont eu l’occasion d’exprimer des points de vue convergeant vers la nécessité d’une ouverture mutuelle de l’école et de l’entreprise. Cette ouverture permettra d’élaborer des programmes d’enseignement adaptés aux besoins effectifs du marché et fera découvrir aux jeunes les différents métiers qui existent. L’événement de cette journée était la signature d’une convention de partenariat entre le CJD et l’Université Hassan-II. Cette convention «vient couronner un travail déjà fait», affirme Mohamed Barkaoui, le président de l’université. En effet, le CJD a mis en place un programme appelé L’Ecole de l’entrepreneur, qui vise à sélectionner 80 projets de création d’entreprise, dont trois seront primés, et à les accompagner pendant au moins un an. Il sera question de leur apporter conseil et formation au métier d’entrepreneur, à travers un accompagnement personnalisé (one to one). Le financement du projet sera puisé sur les 5 millions de dirhams mis à disposition par l’ambassade de la GB au Maroc à cet effet. Charles Gray, l’ambassadeur britannique au Maroc, n’a pas manqué de préciser que son gouvernement est prêt à soutenir toute initiative allant dans le sens de la promotion de l’entreprise. Il précise, par ailleurs, que l’une des entraves à surmonter est le clivage, encore persistant, entre deux façons de voir le monde, les fonctionnaires d’un côté, et les businessmen de l’autre. Pour sa part, Zakaria Fahim, président du CJD Maroc, salue la coopération positive du gouvernement. La journée était également l’occasion d’évoquer la notion de pérennité de l’entreprise nouvellement créée. Pour les participants, celle-ci passe nécessairement par l’accompagnement. Les CJD de Tunisie et d’Espagne ont été des invités d’honneur à cette fête nationale de l’entreprise. L’université marocaine ne doit pas avoir de complexes vis-à-vis de ses pairs, espagnole notamment. C’est ce qu’a voulu signifier Daniel Perez, président du CJD Espagne, en affirmant n’avoir jamais appris ce qu’est un Business Plan durant ses études d’économie à l’université. Aussi Perez souligne-t-il l’importance du rôle du «capital-risque» dans la promotion de la création de PME en Espagne. Les PME en Tunisie ont une banque, explique Abdelaziz Darghouth, président du CJD tunisien. Ce dernier met l’accent sur la nécessité de concevoir une approche participative de la création d’entreprise, regroupant et fédérant toutes les parties concernées, à commencer par la famille du jeune entrepreneur. Il rejoint, dans cette vision intégrative et participative, l’opinion de ses homologues marocains. Toujours dans les similarités, l’Ecole de l’entrepreneur marocaine s’appelle Club des entrepreneurs en Tunisie, où il existe aussi un pont entre l’école et l’entreprise baptisé Pont du savoir. Une comparaison chiffrée entre les trois CJD permet de dégager le constat suivant: le CJD espagnol compte 18.000 entreprises membres, 2.000 en Tunisie et seulement 120 au Maroc. Bien qu’incontestablement novateur, le CJD Maroc devrait faire des efforts considérables pour rattraper son retard mais surtout pour convaincre le jeune dirigeant marocain que 5.000 DH annuels ne sont pas une cotisation(1) trop élevée pour emprunter ce pont.


Nouveautés

Au cours de cette journée, le CJD a dévoilé son programme d’Accompagnement global de promotion et de développement de l’entreprise (AGPDE). Pour les «JDiens» (membres du CJD), sa nouveauté réside dans de l’accompagnement postcréation, ce qui manque dans les programmes actuels, Moukawalati(2) en l’occurrence. Ce n’était pas la seule nouveauté. En effet, le Certificat du jeune dirigeant en fut une autre. Il s’agit d’un logiciel «testeur» expérimenté dans les locaux de la CCISC. Composé d’une série de questions, il constitue un outil de détection des entrepreneurs de demain. Ceux qui décrochent le Certificat ont accès à certains avantages dans le cadre d’un partenariat liant le CJD à la CCISC. Dans la série des nouveautés figure aussi le Guide du jeune créateur d’entreprise, un manuel didactique très pratique. Il regroupe toutes les questions que doit se poser l’individu pour mener à bien l’«aventure» de la création de son entreprise. Il renferme également des définitions de concepts-clé (Business Plan par exemple) et propose, dans son annexe, une liste des contacts utiles auxquels le jeune créateur pourrait faire appel pour avoir des réponses. Ce guide, édité en premier temps en arabe et en français, sera bientôt suivi de versions amazigh et espagnole. (2) Il est à noter que des guichets Moukawalati seraient bientôt ouverts au niveau des universités.Nabil TAOUFIK___________________________________________________________________(1) Cf. www.cjd.ma/Instances du CJD/L’adhésion.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc