×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Enseignement supérieur
    Les ambitions du premier institut de distribution à Casablanca

    Par L'Economiste | Edition N°:1798 Le 25/06/2004 | Partager

    . Il espère accueillir 120 étudiants en octobre 2004. Un conseil de distributeurs pour sélectionner les candidats . Tarif: 32.000 DH par anLe Centre international du management de la distribution (Cimadis), qui a ouvert ses portes en octobre dernier à Casablanca, a formé pour l’instant 25 personnes. Celles-ci sont actuellement en stage de préembauche pour quatre mois. De niveau bac+4, ces lauréats ont reçu une formation en management de la distribution. En octobre 2004, Cimadis (la seule école au Maroc dédiée à la distribution), compte accueillir 50 bacheliers, toutes branches confondues, pour un cursus de trois ans. Elle réserve aussi 40 places pour les bac+2 qui souhaiteraient effectuer une formation de deux ans. Enfin, 30 places seront dédiées aux bac+3 ou 4 pour un cursus d’une année. Domaines enseignés: logistique, commercial, finances, management des hommes et management de la qualité. A la rentrée prochaine, Cimadis dispensera un DTS (diplôme de technicien spécialisé) en management de la distribution accessible aux bac+3 et plus. Le diplôme est en cours d’habilitation et un accord de principe a été obtenu auprès du département de la Formation professionnelle. Le Centre ambitionne de former des personnes qui pourront être opérationnelles immédiatement en tant que chefs de rayon et accéder après deux années en moyenne à des postes de cadres supérieurs (directeur de magasin, directeur de région, directeur marketing...). “L’objectif est de former des managers opérationnels de terrain à fort potentiel évolutif, dont a besoin la distribution marocaine pour assurer son développement”, explique le professeur Jacques Drouet, promoteur du projet. Ce dernier a une expérience de trente années en tant qu’enseignant dans un institut français de distribution. Cimadis s’est entouré “d’un conseil de distributeurs”, composé de plusieurs opérateurs de la place (Acima, Asswak Essalam, Kitea, Label Vie, Marjane et Monsieur Bricolage). “C’est lui qui contrôle et dirige la pédagogie de Cimadis”, indique Drouet. Tous les deux mois, une réunion est organisée avec les directeurs de ces établissements ou leurs représentants. Il leur est demandé d’évaluer leurs besoins en recrutement pour les trois prochaines années. En fonction de cela, le nombre de personnes à former est fixé. “Notre but est que tous nos diplômés décrochent un emploi à leur sortie de l’école”, insiste Drouet. Avant d’intégrer l’institut, les candidats passent un entretien avec les membres du Conseil de distributeurs. Ce qui les engage moralement vis-à-vis des futurs diplômés. Les candidats passent également un entretien académique. Chaque année, l’étudiant a au programme quatre mois de stage en entreprise pendant lesquels il est suivi et encadré par l’école. Les professeurs (dont certains travaillent en entreprise) sont marocains et français.A partir de septembre 2005, Jacques Drouet envisage d’ouvrir une formation master en distribution avec des spécialités (marketing, achat, management des ressources humaines et gestion d’unités de distribution). Tarif pour tous les cursus: 32.000 DH par an.Une réduction de 10% est accordée à ceux qui payent en une fois. Les autres peuvent payer en quatre ou dix fois.


    Centre de recrutement et bureau d’études

    Cimadis compte ouvrir, “à très court terme”, une cellule de recrutement spécialisée dans les métiers de la distribution. Le Centre pourra recruter caissiers, vendeurs, réceptionnaires, employés libre-service, chefs de magasin... Par la suite, le Centre entend se lancer dans la réalisation d’études pour des distributeurs. “Chacun nous ferait parvenir ses résultats en termes de chiffre d’affaires, vente, marge, et cette cellule fournirait à chacun sa part de marché article par article, famille par famille pour qu’ils puissent connaître leurs points faibles et points forts par rapport à la concurrence”. A plus long terme, Cimadis espère créer un panel de consommateurs, c’est-à-dire un échantillon permanent représentatif de la population (10.000 personnes environ). Un échantillon qu’il faudra faire vivre, motiver... Drouet rêve de faire de Cimadis un centre de formation, de documentation, d’information, d’études et de recrutement. N. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc