×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    Enseignement supérieur privé : L'ESIG aura bientôt son complexe à Casablanca

    Par L'Economiste | Edition N°:220 Le 07/03/1996 | Partager


    L'ESIG projette de construire un complexe de formation doté de toute l'infrastructure nécessaire (amphithéâtres, salles de sport, parking, espace vert...). Le démarrage des travaux de ce projet, dont le coût est de 40 millions de Dirhams, est prévu au mois de mars prochain.


    L'ESIG avait déjà acheté à l'ERAC une superficie de 12.000 m2 à Marrakech pour y d'édifier son premier campus. Malheureusement, le projet n'a pas pu voir le jour, le terrain ayant été revendiqué par le Ministère de l'Education Nationale, jugé prioritaire. Au début des années 90, l'ESIG avait tenté sa deuxième expérience à Fès. Cette fois-ci, le pari a été gagné. Un espace de 5.000 m2 déjà construit abrite depuis trois ans les étudiants de Fès. Mais le souci des responsables de l'institut a été toujours de construire eux-mêmes leur propre campus. Un projet a été alors initié pour édifier un campus avec toute ses caractéristiques à Casablanca.
    Mais, faute d'espace, il a été décidé finalement de construire un complexe avec toute l'infrastructure nécessaire (amphithéâtres, restaurants, salles de sport, espace vert, parking...).
    Situé sur la route de Nouasser, le complexe sera d'une superficie de 4.000 m2, "ce qui ne permet pas d'intégrer la partie habitation", indique M. Azzedine Bennani, président de l'ESIG. L'intégration des logements a été envisagée à Marrakech puisque nous disposions d'un terrain de plus d'un hectare, ajoute-t-il.

    Salle de squash

    Le complexe comprendra par ailleurs une salle de conférences de 500 places, deux amphithéâtres de 300 et 150 places respectivement et 24 salles de cours modulaires. Cette infrastructure nous permettra d'abriter des colloques ou des manifestations culturelles, scientifiques et économiques de grande importance, sans être obligé de passer par des hôtels, précise M. Bennani.
    Un restaurant en self-service, une cafétéria et un restaurant pour le personnel de l'établissement sont également prévus. Ce qui permettra d'accueillir aussi bien les étudiants que le personnel dont l'effectif est estimé à 150 réparti entre les professeurs et le personnel d'encadrement. Pour les sportifs, des terrains en plein air seront aménagés. De plus des salles de sport couvertes seront mises en place (fitness et squatsh).
    La capacité d'accueil du complexe est de 800 étudiants à plein temps, 480 à temps partiel et 1.000 autres étudiants en formation à distance. Ces derniers ne viennent pas souvent. Ils participent à des ateliers pédagogiques une fois par mois.
    En fait, quatre type de populations sont concernées. A côté de la formation initiale (Bac plus 4), de la formation continue ou de reconversion et de la formation à distance, une formation en MBA et MSC sera lancée. Cette formation de troisième cycle est destinée aux diplômés d'universités publics et d'instituts privés dans le domaine de la gestion. Et c'est l'université de Sherbrooke du Canada Québec qui veille sur la formation et délivre les diplômes.

    15% d'autofinancement

    L'investissement qui est de 40 millions de Dirhams sera autofinancé à hauteur de 15%. "Nous n'avons pas envisagé un accroissement du prix de la formation par rapport à l'investissement, et ce malgré les charges importantes en frais financiers. Puisque l'emprunt représente 85% de l'enveloppe", rappelle M. Bennani. Les responsables de l'ESIG tablent sur la diversité des formations offertes et le nombre des étudiants à accueillir. C'est pour cela que plusieurs sections et niveaux de formation ont été créés (cycle normale, MBA, MSC, formation à distance...). Ainsi, les même tarifs seront maintenus pour les formations qui sont déjà en vigueur (cycle normale aux environs de 30.000 Dirhams par an et formation à distance pour près de 20.000 Dirhams l'année).
    En ce qui concerne la formation en MBA et MSC, le prix qui est en cours d'étude sera aux alentours de 45.000 Dirhams par an.
    Le démarrage effectif du complexe est prévu à la rentrée universitaire de 1997. "Nous étions surpris de voir que la charte de l'investissement n'est pas encore entrée en application. Actuellement, nous ne pouvons pas bénéficier de certains avantages, notamment l'exonération de la TVA sur la construction. Ainsi, le projet sera pénalisé, surtout que la TVA n'a pas été prise en considération dans les évaluations", explique M. Bennani.
    La pose de la première pierre aura lieu le 5 mars en présence du ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherches Scientifique avec d'autre délégations ministérielles. Ce sera une occasion pour relever encore une fois l'appel concernant l'exonération de la TVA. "Car c'est un critère qui conditionne le démarrage du complexe", ajoute le président de l'ESIG.
    Outre l'université canadienne, d'autres partenaires sont également associés dans le projet. Il s'agit par exemple de l'université Euro-Arab Management School de Grenade qui vient d'accueillir deux directeurs de l'ESIG en vue de lancer un MBA anglophone au Maroc.

    Hicham RAIQ


    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc