×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Enquête

    Enseignement supérieur privé : L'ESC courtise les futurs communicateurs

    Par L'Economiste | Edition N°:238 Le 11/07/1996 | Partager


    Avec l'évolution des multimédias, l'Ecole Supérieure de Communication, qui ouvrira ses portes en septembre prochain, veut offrir des profils correspondants aux besoins du marché.


    "Du tam-tam à l'Internet, en passant par el berrah, les journaux ou la radio", l'Ecole Supérieure de Communication, qui devra démarrer en septembre prochain, souhaite "former des communicateurs dans les domaines des médias, des relations publiques et de la vente publicité".

    A l'origine de ce projet, M. Abdelaziz Ghernaout, ancien directeur de l'ISCAE et professeur universitaire, le groupe HEM, la Banque Populaire, le Groupe LMS Conseils et plusieurs enseignants universitaires.

    Le projet a nécessité un investissement total de l'ordre de 5 millions de DH, financé en partie par fonds propres et le reste par crédits bancaires. L'investissement a été entièrement consacré aux aménagements du local, à l'acquisition du mobilier et du matériel informatique. "Nous démarrons avec 15 PC, un câblage important, des kits CD Rom et une liaison Internet directement accessible aux étudiants", indique M. Ghernaout, administrateur délégué de l'ESC. S'ajoute un branchement parabole-satellite pour recevoir les émissions nationales et internationales.

    Sur 1.500 m2, comprenant un rez-de-chaussée et un premier étage, l'école dispose d'une infrastructure d'accueil et de formation englobant sept salles de cours d'une capacité de 40 places chacune, un amphithéâtre de 130 places, un centre de documentation, un centre audiovisuel et un centre informatique. A cela s'ajoutent deux cafétérias, l'une pour les étudiants et l'autre pour les enseignants. Le reste de l'espace est réservé à l'infirmerie et à l'administration. Les frais de scolarité pour 1996-97 s'élèvent à 29.000 DH. Des contacts ont été établis avec la Banque Populaire pour l'octroi de bourses aux étudiants qui en expriment le besoin.

    Double expérience

    L'équipe permanente de l'école s'appuie sur la collaboration d'un corps professoral vacataire en provenance de l'université et du secteur de la communication, ou ayant la double expérience.

    Le cycle de formation de l'ESC couvre quatre années universitaires et est ouvert par voie de concours aux bacheliers. Le concours d'accès se déroule en deux sessions par an: l'une en juillet, l'autre en septembre. La première session aura lieu le 24 juillet pour les épreuves écrites et les 25 et 26 pour l'oral.

    La quatrième année couvre un tronc commun et permet aux étudiants d'opter pour trois filières de spécialisation. Il s'agit ainsi de la communication-médias destinée à former des journalistes pour les médias écrits et audiovisuels, les responsables de communication et attachés de presse pour les entreprises et autres organismes. La seconde filière est la communication-relations publiques destinée aux cadres responsables des relations publiques. La communication-vente/publicité, formant la troisième filière, prépare aux métiers de chef de vente, de chef de produits et d'agent commercial.

    La formation durant les quatre années s'articulera autour de cinq modules. Figurent ainsi la communication générale, l'expression économique, juridique, politique et sociale des organisations, les techniques de base de gestion, fonctions générales, stratégie et enfin l'information-système. A ces modules s'intègrent des activités para-universitaires, telles que les conférences-débats, l'édition d'un bulletin de l'école...

    Première immersion

    Par ailleurs, les stages au sein d'entreprises ou d'organismes de presse sont présents tout au long du cursus. Ainsi, un stage ouvrier d'un mois constitue le premier séjour de l'étudiant au sein de l'entreprise. "Cette première immersion a pour objet de sensibiliser l'étudiant aux différents aspects de la vie de l'entreprise au niveau le plus bas de la hiérarchie". A la fin de la seconde année, l'étudiant effectue un stage d'initiation d'une durée de deux mois, durant lequel il prendra une part plus effective dans les activités quotidiennes d'un service de l'entreprise.

    Les stages à la fin de la troisième et de la quatrième années constituent la première expérience professionnelle dans une entreprise ou un département de communication. Les travaux effectués en entreprise durant ce stage viendront alimenter les séminaires de la recherche appliquée prévus au programme. Pour les promoteurs, "l'ouverture vers le monde économique et universitaire passe par la passation de conventions ou d'accords de coopération". Ainsi, la première convention concerne le département de communication de la Faculté des Arts à l'Université Bilingue d'Ottawa (Canada) qui a contribué à l'élaboration des programmes.

    Enfin, outre le cycle normal, l'ESC dispose d'un Centre de Formation Continue au niveau duquel sont organisés des cycles de formation de courte et moyenne durées en communication. Ils sont destinés aux particuliers, aux entreprises et autres organisations.

    Meriem OUDGHIRI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc