×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Enseignement supérieur: Appel à la grève nationale

Par L'Economiste | Edition N°:1452 Le 05/02/2003 | Partager

. Les enseignants-chercheurs demandent la revalorisation de leurs indemnités. Le SNESup accuse l'Enseignement supérieur de ne pas avoir tenu ses promesses Le Syndicat de l'Enseignement supérieur a accusé, dans un communiqué, “le gouvernement de ne pas honorer ses engagements”. Il a, de ce fait, lancé un appel à la grève nationale, jeudi et vendredi prochains. Les enseignants-chercheurs ont pour principale revendication l'alignement de leurs indemnités sur celles des autres cadres supérieurs de la Fonction publique, notamment les médecins spécialistes. Selon Faouzia Guédira, professeur à la Faculté des Sciences de Rabat, et secrétaire général du Syndicat national de l'Enseignement supérieur (SNESUP), “les indemnités des enseignants-chercheurs sont les plus basses de tous les cadres supérieurs de la Fonction publique”. Elle rappelle, à ce sujet, qu'en mai 2002, le SNESUP a envoyé un communiqué à Najib Zerouali, ancien ministre de l'Enseignement supérieur, pour l'informer de cette situation. Le ministre a répondu favorablement à cette demande par la création d'une commission chargée de l'étude des revendications des enseignants- chercheurs. Cette commission a, néanmoins, été un échec. “Nous nous sommes réunis deux fois avec les membres de la commission, mais sans résultat. Nous avons alors déclenché une grève les 22 et 23 mai dernier. Une autre commission, présidée par le ministre de l'Enseignement supérieur et comprenant le ministère des Finances ainsi que le ministère de la Fonction publique a été, par la suite, créée sur ordre du Premier ministre. Elle a abouti, le 5 septembre dernier, à la signature d'un protocole d'accord entre le syndicat et le ministre de l'Enseignement supérieur”, précise le secrétaire général du SNESUP. L'accord conclu prévoit notamment la revalorisation des indemnités des enseignants-chercheurs. Cependant, cet accord ne sera applicable que suite à un décret du Premier ministre. Guédira affirme que cela fait des mois que le décret en question est prêt, mais qu'il est toujours au ministère de la Fonction publique. En effet, avant d'être soumis au Premier ministre, ce décret devra, au préalable, être approuvé par le ministre de la Fonction publique, ainsi que par le ministre des Finances. “Après la formation du nouveau gouvernement, nous avons eu deux réunions avec le ministre de l'Enseignement supérieur, Khalid Alioua. La dernière a eu lieu le 7 janvier dernier. Lors de cette réunion, Alioua nous a promis la publication du décret dans un délai de quinze jours et de nous tenir au courant de l'évolution de notre dossier. Malheureusement, il n'a pas tenu ses promesses”, déplore Guédira. C'est apparemment la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. “ Nous avons alors décidé d'adopter une nouvelle stratégie de lutte et de déclencher la grève”, a-t-elle ajouté.


Décret

Le 8 mars 2001, un décret du Premier ministre relatif à la promotion des enseignants-chercheurs a vu le jour. Ce décret définit notamment les différentes vitesses de promotion des professeurs universitaires. A savoir la vitesse exceptionnelle (6 ans), rapide (7 ans) et normale (8-9 ans).Selon ce texte, la promotion se fera selon un certain nombre de critères d'évaluation. Les critères en question seront définis par un arrêté ministériel qui n'est pas encore paru. Les enseignants-chercheurs ont récemment refusé un projet de décret qui leur a été soumis par le ministre. Ils estiment que la grille d'évaluation de ce décret ne leur est pas favorable.Hicham BenjamaaLire aussi

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc