×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Enseignement privé: Le MEN met en demeure les écoles Al Jabr et ORT

Par L'Economiste | Edition N°:804 Le 06/07/2000 | Partager

• Les responsables d'ORT ont répondu favorablement à la lettre qui leur a été adressée par le MEN. Rien du côté d'Al Jabr• Les parents d'élèves d'Al Jabr s'interrogent sur l'avenir des 135 élèves interdits d'examenLa situation des deux écoles privées à Casablanca, Al Jabr et l'Ecole Internationale de Casablanca, ORT, suscite toujours un vif débat au sein de la profession. Les Ministères de l'Education Nationale et de l'Enseignement Secondaire et Technique avaient saisi par écrit, en date du 19 juin dernier, les responsables de ces deux établissements. La lettre qui leur a été adressée les invite à «se conformer aux dispositions des lois réglementant le secteur de l'enseignement privé«, particulièrement au niveau de l'application des programmes.Lors de son passage télévisé hier sur 2M, M. Alami Abdessalam, chef de la Division de l'Enseignement privé au Ministère de l'Education Nationale (MEN) a démenti la rumeur selon laquelle le département de tutelle aurait décidé la fermeture des deux écoles. Il a cependant indiqué que ces deux établissements sont appelés à se conformer à la loi.Par ailleurs, dans un communiqué fortement critiqué par l'association des parents d'élèves d'Al Jabr, l'Union des Amicales de l'Enseignement Privé au Maroc indique que les deux écoles sont en situation illégale: «L'Ecole Al Jabr, qui bénéficie d'une autorisation spéciale pour appliquer le programme de mission française exclusivement à trois catégories d'élèves (les enfants de résidents étrangers au Maroc, les exclus de la mission et les enfants provenant d'établissements en dehors du territoire national, a abusivement inscrit des élèves marocains ne correspondant à aucune de ces catégories. Quant à l'école ORT, elle n'a jamais bénéficié d'aucune autorisation du MEN«.Aujourd'hui, les responsables de l'ORT ont répondu favorablement à la demande du Ministère (réponse envoyée le 27 juin dernier). Le directeur de cet établissement déclare avoir pris l'engagement de «dispenser un enseignement de type marocain et de solliciter une autorisation pour celui de type mission au profit des élèves qui peuvent légalement y prétendre...«. Pour leur part, «les responsables d'Aï Jabr ne se sont pas encore prononcés et nous les invitons à le faire dans les plus brefs délais«, avait déclaré à 2M M. Alami.Reste que la situation de cette école est relativement particulière dans la mesure où «elle dispense un enseignement primaire sans autorisation«. Les parents d'élèves s'interrogent aujourd'hui sur l'avenir des 135 élèves dont les dossiers ont été «retenus par la délégation Casa-Anfa. Une décision non écrite qui a privé nos enfants de l'examen du CE6 de juin 2000«, peut-on lire sur le communiqué de l'association publié à l'occasion de son assemblée générale extraordinaire tenue le mardi 5 juillet. M. Alami n'a fourni aucun élément de réponse à cette interrogation.Cependant, la question est de savoir pourquoi les deux ministères en charge de l'enseignement ont-ils attendu tout ce temps pour manifester leur position?

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc