×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Enseignement: Les examens réaménagés

Par L'Economiste | Edition N°:2430 Le 26/12/2006 | Partager

. Les révisions concernent le primaire, le collège et le bac. La mise en œuvre pour la prochaine rentrée scolaire DE nouveau, le ministère de l’Education nationale révise son système d’examens. Ces réaménagements concerneront les trois cycles d’études (fondamental, collège et baccalauréat). Ces réaménagements entreront en vigueur dès la rentrée scolaire prochaine. Pour l’enseignement au collège, l’éducation civique, l’histoire ou la géographie seront introduites comme épreuves dans l’examen régional (40% de la note globale obtenue). Un zéro n’est éliminatoire que quand l’élève l’a eu deux fois dans la même matière, soit dans l’examen organisé au sein de l’établissement scolaire et dans l’examen régional. Concernant le primaire, un examen normalisé sera mis en place dès la deuxième année. Vu l’engouement suscité par ce diplôme auprès de personnes n’ayant pas bénéficié d’une scolarité régulière, il a été décidé d’adapter le contenu et la formule de certaines épreuves à l’âge des candidats libres. Pour les moins de 18 ans, des examens en activités scientifiques, en histoire et en géographie seront ajoutés. Cette catégorie est désormais autorisée à poursuivre ses études au collège une fois le diplôme des études primaires obtenu. Pour les plus de 18 ans, une formule à part sera installée. L’examen sera régional et non plus provincial. Des épreuves spécifiques seront conçues pour les langues arabe et française, les mathématiques, l’éducation islamique ainsi que la culture générale et les sciences. Pour le bac (www.leconomiste.com), le principe d’un examen régional normalisé pour la première année, en plus du contrôle continu et d’un examen national normalisé pour la deuxième année, a été maintenu. Le changement prévu concerne la réduction du nombre d’épreuves. Pour le normalisé régional, les matières objets des épreuves vont actuellement de 4 à 7. Cette moyenne sera révisée à la baisse pour porter le nombre minimal à 3 matières et maximal à 4. Certaines matières seront évaluées en fonction des seuls contrôles continus. C’est le cas de la traduction pour les sections scientifiques. L’objectif est double. «Il s’agit d’alléger la charge des examens normalisés et renforcer le poids des contrôles continus qui constituent 25% de la note finale du bac», a précisé Mohamed Sassi, directeur du Centre national d’examens, lors d’une conférence de presse donnée hier à Rabat. Idem pour les épreuves nationales, dont le nombre maximal des matières sera porté à 6 contre 7 actuellement, le minimum étant toujours de 4. Les rattrapages concerneront les élèves ayant obtenu une note entre 7 et moins de 10 sur 20. Ceci, contre le seuil de 8 actuellement admis. Le zéro éliminatoire fera l’objet de mesures spécifiques. Un rapport détaillé du correcteur devra en justifier la raison. Des commissions, créées au sein des Académies, devront se pencher sur ces cas et trancher sur le maintien ou non de cette note. Le passage de la première année à la seconde sera plus réglementé. Désormais, et si les résultats de l’examen régional sont en dessous de 8 sur 20, les étudiants et leurs parents seront consultés quant à l’idée de refaire l’année. Un conseil de classe en discute et tranche en dernier ressort. Une réduction des coefficients pour réduire les écarts existant entre les matières, qui peuvent aller de 2 à 10, sera également de mise.


Aptitude

LES examens d’aptitude professionnelle feront également l’objet d’une série de réglementations. En somme, plus de précision sera apportée à ces épreuves. La catégorie de questions des épreuves devra être fixée à l’avance, au même titre que la durée de l’examen, son coefficient et la catégorie concernée. Ces examens devront également cadrer avec les aptitudes réelles des élèves. Les références à même d’aider les concernés à mieux maîtriser les sujets objet des épreuves devront également être fixées.T. Q.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc