×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Enron sauvé de la plus grosse faillite de l'histoire

Par L'Economiste | Edition N°:1159 Le 06/12/2001 | Partager

. Le leader mondial du courtage en énergie obtient 1,5 milliard de dollars auprès de Citigroup et JP Morgan Chase . Enron aurait licencié 4.000 de ses 7.500 employés à son siège de Houston Le géant américain du courtage en énergie Enron, en règlement judiciaire, a obtenu 1,5 milliard de dollars de financements d'urgence auprès des banques américaines JP Morgan Chase et Citigroup, a t-il communiqué lundi. Enron aurait licencié lundi 4.000 de ses 7.500 employés à son siège de Houston (Texas), soit 20% de l'ensemble de ses effectifs (21.000 personnes), rapportent pour leur part le New York Times et le Wall Street Journal dans leurs éditions de mardi. Le financement qui sauve Enron, apporté par deux de ses plus gros créanciers, sera garanti par les actifs de la compagnie. C'est mardi qu'Enron a obtenu l'accord du juge des faillites pour le versement immédiat des 250 millions de dollars lui permettant d'assurer les échéances les plus immédiates vis-à-vis de ses employés et de ses partenaires financiers. Dans le même temps, le tribunal des faillites de New York a également approuvé le principe d'un versement initial de 4.500 dollars à tout employé qui serait licencié. Une autre tranche de 250 millions de dollars sera versée dès qu'Enron aura présenté un nouveau projet d'entreprise satisfaisant ses créanciers. Le reste de la ligne de crédit, soit un milliard de dollars, sera débloqué une fois que JP Morgan et Citigroup auront redistribué les engagements auprès d'autres créditeurs. «Avec ce financement, Enron peut continuer à travailler et aller de l'avant pour mettre en oeuvre les premières étapes de sa réorganisation», a déclaré le PDG d'Enron Kenneth Clay dans le communiqué. À noter que le groupe a décidé de poursuivre Dynegy pour rupture de contrat, ce dernier ayant mis fin à un projet de fusion entre les deux groupes, et de lui demander au moins 10 milliards de dollars de dommages et intérêts. Dynegy a aussitôt répliqué en portant plainte contre les filiales d'Enron non protégées par le placement sous la protection de la loi sur les faillites. Rappelons qu'Enron, il y a quelques semaines leader mondial du courtage en énergie, s'était placé dimanche sous la protection de la loi sur les faillites (chapitre 11) incapable de faire face à ses dettes après la chute vertigineuse de son action en bourse à la suite de la découverte d'irrégularités comptables.


Pas d'incidence sur les banques européennes

Les établissements financiers européens ont affiné mardi le niveau de leur exposition à la faillite du courtier américain en énergie Enron, un impact qui ne devrait pourtant pas causer de «ravages dans le secteur bancaire européen». «Il est peu probable que la faillite d'Enron provoque des ravages dans le secteur bancaire européen, malgré son ampleur et l'exposition directe ou indirecte de nombreuses banques à ce groupe», a estimé mardi l'agence de notation financière Moody's. Et ce, malgré le fait que de nombreuses institutions financières ont prêté de l'argent à Enron, en Grande-Bretagne, en France, en Suisse, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Italie, en Suède ou en Espagne, sous la forme de prêts garantis ou non, de produits dérivés ou d'autres engagements financiers, a ajouté Moody's. . Le titre d'Enron décolleL'action du courtier américain en énergie Enron, en règlement judiciaire, a fait un bond de 117,50% à 87 cents mardi à Wall Street, alors que le groupe a obtenu 1,5 milliard de dollars de financements d'urgence auprès des banques américaines JP Morgan Chase et Citigroup. o


. En bref. France:Greenpeace contre EDF Greenpeace-France a annoncé la semaine dernière son intention d'attaquer EDF devant le Conseil d'Etat «afin de dénoncer les abus de l'entreprise publique pour son incessante incitation à la consommation d'électricité à travers le chauffage électrique». L'association écologiste, qui devait déposer son recours en contentieux vendredi conjointement avec l'Union fédérale des consommateurs de la Vienne, estime, dans un communiqué, que «le chauffage électrique est le mode de chauffage le plus polluant et le plus coûteux pour la collectivité». Elle accuse Electricité de France de «multiplier les opérations marketing» en faveur du chauffage électrique à travers la marque Vivrélec, aux dépens notamment du gaz, et de «violer ainsi son statut» d'entreprise publique en charge du service public. Greenpeace-France déclare avoir choisi la voie contentieuse après n'avoir reçu aucune réponse à des courriers adressés au ministre de l'Economie et des Finances, Laurent Fabius, et au Premier ministre Lionel Jospin, en vue d'une intervention auprès d'EDF. . Victimes des crises humanitaires C'est à Genève que le Dr Gro Harlem Brundtland, directeur général de l'OMS, a appelé le 27 novembre dernier les Etats-Unis à donner 2,5 milliards de dollars. Cette somme devrait venir en aide à quelque 33 millions de personnes, victimes de crises humanitaires dans plusieurs régions du globe. Sous le thème «atteindre les vulnérables», les appels globaux 2002 ont été lancés la veille à New York par le secrétaire général de l'ONU Kofi Annan et le 27 novembre dans plusieurs autres centres européens. Les appels couvrent entre autres l'Afghanistan, l'Angola, la Corée du Nord, la République Démocratique du Congo, l'Erythrée, l'Ethiopie, l'Afrique centrale, l'Indonésie, le Caucase du Nord et le Tadjikistan. Rappelons que l'intégralité des documents des appels globaux est disponible sur le Web à l'adresse: www.reliefweb.int
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc