×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Dossiers

Enquête
L'informel: Pourquoi nous en sommes arrivés là

Par L'Economiste | Edition N°:1168 Le 20/12/2001 | Partager

. Profitant d'une brèche juridique, les petits camionneurs ont constitué un circuit parallèle qui a fini par prendre le dessus. Aujourd'hui, ce sont quelque 80.000 camions «clandestins» qui sillonnent les routesLe transport de marchandises est assuré à 75% par le routier. Mais dans le routier, l'informel représente plus de 70%. C'est le dominant dominé. Les opérateurs structurés ne ratent pas une occasion pour tirer la sonnette d'alarme. Ils ont de plus en plus de mal à contrecarrer la concurrence déloyale des moins de 8 tonnes. Alors que l'offre professionnelle dépasse à peine les 5.000 véhicules et le transport pour compte propre quelque 8.000 unités, l'informel intervient avec plus de 80.000 camions de faible et moyen tonnage (estimations de la FNTR). Avec de tels moyens, les «transporteurs clandestins» comme les appelle le ministère du Transport ont un pouvoir de lobbying énorme. Les pouvoirs publics ont du mal à contenir leur colère et à leur imposer la réglementation en vigueur. Tout le monde se remémore la levée de bouclier qu'a suscité l'imposition du tachygraphe. D'ailleurs, jusqu'à aujourd'hui, des milliers de camions circulent encore sans mouchard. La crainte aujourd'hui est que les opérateurs structurés soient tentés par l'informel, faute de s'aligner sur les prix de la concurrence. Mais comment en sommes-nous arrivés là? Pour comprendre, il faut remonter loin dans le temps. Voulant maîtriser la circulation des biens et des personnes au Maroc, le Protectorat a commencé, dès 1933, à adopter des textes et lois dont le Dahir de 1937, qui servira de base à la réglementation actuelle. Ce texte a introduit le système des agréments octroyés à la discrétion des autorités administratives à des «personnes méritantes». En fait, c'était une arme à double tranchant. La surenchère des fameux agréments était assurée, mais en même temps, le système freinait l'investissement dans le secteur. Cela a créé un déséquilibre au niveau de l'offre. C'était l'occasion rêvée pour les petits camionneurs. Profitant d'une brèche juridique, des camions de faible tonnage (3,5 à 8 tonnes) prévus initialement pour le transport privé de marchandises ont constitué un secteur parallèle. C'est surtout le cas des 8 tonnes qui roulent avec des permis de circulation alors qu'il aurait fallu les soumettre à l'agrément. Il suffit d'une petite surcharge pour qu'ils se transforment en 14 tonnes. Les prix proposés étaient et sont toujours imbattables. Normal pour des entités dont les charges fiscales et sociales sont quasi nulles. La loi de 1999 prévoit des garde-fous pour éviter les erreurs antérieures. Au terme de la période transitoire de 2000 à 2003, les agréments seront délivrés sur des critères qualitatifs. Désormais, le bénéficiaire devra remplir un cahier des charges et justifier d'une formation professionnelle et une capacité financière conséquente.H. F.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc