×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Enquête immobilier
A Fès, déjà des pics de 20.000 DH/m2

Par L'Economiste | Edition N°:2379 Le 10/10/2006 | Partager

. En quatre ans les prix ont doublé. Les promoteurs font de bonnes affairesA FÈS, le secteur de l’immobilier est en forte croissance. Une lecture, réalisée à ce sujet par le Centre régional d’investissement (CRI), révèle que le nombre d’autorisations de construire a augmenté de 38% entre 2004 et 2005, passant de 1.232 autorisations à 1.700. Le nombre de logements et la valeur de l’investissement ont également augmenté respectivement de 24.6% et 21.8% pour la même période. Ainsi l’investissement dans ce secteur a atteint en 2005 la valeur 858 millions de dirhams. «Pour 2006, quoique notre bilan ne soit pas encore définitif, le nombre des certificats négatifs pour les projets BTP dépasse de loin ce qui a été comptabilisé l’année précédente», déclare Fouad Ouzzine, directeur du CRI. Sur le terrain, les immeubles poussent un peu partout comme des champignons. C’est ce qui explique d’ailleurs la progression qu’ont connu, en amont, les ventes de ciment. Chez Holcim par exemple, après une longue période de morosité, les marchés de prédilection du groupe dans la région de Fès ont clôturé le premier semestre 2006 en ascension. Ainsi, les ventes de ciment dans cette zone ont grimpé de 13%. Holcim a même été obligée d’importer du clinker de Thaïlande à prix élevé pour satisfaire la demande (www.leconomiste.com). Pour ce qui est des prix des terrains, ceux-ci ont connu une augmentation importante. A Zouagha, un quartier périphérique, les lots qui étaient proposés à 300DH/m2 frôlent actuellement les 1.500 et 2.000 DH. Le centre-ville n’a pas échappé, lui aussi non plus, à cette hausse. «L’an dernier, la Commune avait évalué un terrain, de 3.000 m2 sur l’avenue Hassan-II, à 6.000 DH/m2. Passé le délai défini au cahier de charges, le promoteur n’a pas mis en oeuvre son projet. La Commune compte le lui retirer. Elle en a déjà reçu des propositions qui dépassent les 20.000 DH/m2 !», indique une source en charge du patrimoine immobilier à la Commune. Et d’ajouter que la plus-value sera réinvestie en infrastructures de base. S’agissant des terrains villa, le prix moyen au mètre carré est passé de 1.000 DH en 2002 à 2.500 DH en 2006, soit une augmentation 150 %. Sur les quatre dernières années, les prix ont pratiquement doublé. La même tendance est constatable pour les terrains immeubles R+6, où les prix sont passé de 8.000 DH en 2002 à 13.000 DH aujourd’hui. Pour les R+3 et R+4, les prix ont augmenté de 2.000 DH à 6.000 DH pour la même période. Avec, bien évidemment, des variations selon l’emplacement, le quartier et autres caractéristiques urbanistiques. Pour de nombreux observateurs, l’activité immobilière est «boostée» dans tous les types d’habitat. Outre les petits promoteurs, des groupes (privés et publics) comme Addoha, Dalila, Amlak, Jamii, Al Omrane et l’Erac s’intéressent actuellement à Fès et font de bonnes affaires. Ces derniers sont derrière des programmes immobiliers mieux conçus et mieux intégrés dans des schémas directeurs. A lui seul, le groupe Amlak construira dans le cadre de l’opération Firdaous 526 appartements d’une originalité remarquable. Le coût du projet est de 105 millions de DH. Son initiateur, Serge Mas, est venu de Montpellier lancer l’opération, lundi dernier. Il annonce aussi la construction d’une crèche pour enfants d’une capacité de 90 places, des espaces verts et d’autres projets touristiques pour la ville de Fès. «Nous utilisations des matériaux nobles, et nous souhaitons faire de cette résidence une carte de visite pour nos réalisations économiques au Maroc», estime Mas.


Champ de course

DERNIÈRE nouvelle. C’est l’Erac-CN qui a été désigné comme opérateur pour la réalisation du projet Champ de Course. Ce dernier lancera les travaux d’aménagement incessamment. Ce projet, qui s’étend sur un terrain communal d’une superficie de 32 hectares, se situe stratégiquement au cœur du centre de la ville de Fès. Les travaux d’aménagement du boulevard Hassan-II s’achèveront en février prochain. Date qui coïncidera avec l’organisation des Assises internationales du tourisme à Fès.De notre correspondant, Youness SÂAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc