×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Energie: ONE, Samir et SCP investissent en masse

Par L'Economiste | Edition N°:62 Le 14/01/1993 | Partager

L'approvisionnement en énergie électrique, en particulier, est devenu la préoccupation actuelle des investisseurs. Les grandes entreprises du secteur engagent des programmes d'investissement lourd pour pallier aux insuffisances. Le ministre de l'Energie et des Mines a présenté les programmes prévus par les organismes placés sous sa tutelle.

L'ONE prévoit, en 1993, un investissement de 6,18 milliards de Dirhams au titre de son programme général.
Les équipements destinés à l'hydraulique absorberont 558 millions de Dirhams, ceux relatifs au thermique, 4,2 milliards de Dirhams. Près de 716 millions de Dirhams seront consacrés au transport et 150 à la distribution.

De plus, l'ONE bénéficiera, à partir de 1993, d'une subvention budgétaire pour la réalisation de ses programmes. Cette subvention est de 800 millions de Dirhams en 1993. La production d'électricité atteindra 10.760 GW, soit un accroissement d'environ 8% par rapport à 1992. La part de l'ONE représentera plus de 90% de cette production.

Les investissements concerneront la poursuite de la réalisation de l'usine de Matmata (province de Séfrou), des études relatives à l'usine liée au barrage Al Wahda et le lancement des travaux de génie civil pour les centrales à turbines à gaz de Tétouan et de Tit Mellil. Figure, également, au programme la poursuite des travaux de génie civil et de montage des deux tranches de la centrale de Jorf Lasfar.

Electrification rurale

Concernant le Programme National d'Electrification Rurale (PNER), la dotation prévue est de 530 millions de Dirhams. Elle sera financée par des emprunts extérieurs et par le budget des collectivités locales concernées. C'est ainsi que les opérations relatives à la réalisation de la deuxième tranche portant sur l'électrification de 600 nouveaux centres devront démarrer au cours de cette année.

Pour ce qui est de la situation pétrolière, l'année 1992 aura été une année de stabilité des prix du pétrole à des niveaux relativement bas. Le prix moyen du baril s'est situé aux alentours de 20,5 Dollars US. En 1993, dans le domaine du raffinage, de l'emplissage et du stockage des produits pétroliers et gaziers, les entreprises publiques et semi-publiques investiront 792,9 millions de Dirhams. C'est ainsi que la SAMIR débloquera 352,5 millions de Dirhams dont 15,5 pour le renouvellement et la maintenance des unités de production et 337 pour les projets de développement.

Stockage communautaire

La SCP, quant à elle, engagera 220 millions de Dirhams. Le raffinage absorbera 37 millions, le stockage et l'emplissage 68 et la distribution des produits pétroliers et gaziers 5. Enfin la SNPP investira également 220,4 millions de Dirhams dont 91,6 millions de Dirhams pour le renouvellement et la maintenance, 116,09 pour le développement des moyens de transport et 12,6 pour le stockage communautaire.

Les dépenses de l'ONAREP, en 1993, seront de 418,9 millions de Dirhams dont 200 millions en tant que subvention d'équipement versée par le budget de l'Etat. Les études et recherches géologiques et géophysiques qui seront réalisées par l'ONAREP concerneront particulièrement les secteurs Nord, Nord-Est, Essaouira, Centre-Ouest, Sud et Sud-Ouest. L'ONAREP procédera également par sous-traitance à plusieurs études dans des zones spécifiques, notamment dans la zone d'Essaouira-Doukkala, les bassins sahariens, le Rif et le pré-Rif. L'Office poursuit, par ailleurs, sa coopération technique avec la SCP, notamment dans la région du Gharb où 400 Km de sismique seront réalisés en vue d'effectuer 3 forages. La SCP consacrera alors 25 millions de Dirhams en matière de recherche pétrolière. Quant aux sociétés pétrolières étrangères, le montant de leurs investissements seraient, jusqu'à présent, de l'ordre de 17 millions de Dollars(1).

Nucléaire

Le budget alloué au Centre National de l'Energie, des Sciences et Techniques Nucléaires (CNESTEN) pour l'année 1993, est de 22,5 millions de Dirhams. Les actions prévues par ce centre concerneront notamment la poursuite de l'aménagement du Centre d'Etudes Nucléaires (CEN) et de son site d'implantation à la forêt de Maamora. Le ministre de l'Energie et des Mines, lors de sa conférence de presse du 5 Janvier(2), a expliqué les raisons qui empêchent actuellement l'installation d'une centrale nucléaire. En effet, la viabilité du réseau limite la puissance de chaque groupe électrogène à 15% de la puissance de l'ensemble du parc, alors que la centrale la moins puissante dispose d'une charge de 900MW, soit 58,4% du parc existant.

L.T.

(1) Cf L'Economiste du 7 Janvier, notre rubrique De Bonne Source.
(2) Cf L'Economiste du 7 Janvier.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc