×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Energie: La position de l'ONE vis-à-vis des autoproducteurs

Par L'Economiste | Edition N°:64 Le 28/01/1993 | Partager

Avant même la tenue du symposium de l'AMGE les 26 et 27 Janvier, l'ONE indique à L'Economiste sa position vis à vis des producteurs privés. M. A. Sekkaki, Directeur de la Production et des Transports, fait le point sur les questions que pourraient soulever les candidats éventuels à la production autonome de l'électricité et en particulier sur la cogénération.

L'Economiste: Y a-t-il des freins juridiques ou techniques au développement de la cogénération?

M. A. Sekkaki: Le Dahir N° 163-226 du 5 Août 1963 portant création de l'Office National de l'Electricité donne à cet Office l'exclusivité de l'aménagement des moyens de production d'une puissance supérieure à 300 kW. Cependant, pour sauvegarder l'intérêt de la collectivité, l'Office n'a pas fait jouer cette exclusivité et a encouragé les industriels qui en avaient l'opportunité à installer des moyens de production autonome. Si l'on prend le cas de la cogénération, en dehors de ce qui est produit en vue d'assurer leurs besoins exclusifs, l'excèdent éventuel pourrait être injecté dans le réseau. Sur le plan technique, il n'existe pas de frein au développement de la cogénération. La décision d'engager des investissements, pour la production de l'énergie électrique dans le cadre de la cogénération, reste plutôt liée à des considérations d'ordre économique. En effet, l'opération n'est économiquement rentable que dans la mesure où le coût du kwh à produire est compétitif par rapport à celui de l'ONE auquel il se substitue.

- Ce qui signifie que l'ONE accepte le rachat du surplus des producteurs privés?

- L'Office est toujours disposé à racheter l'énergie excédentaire disponible chez les abonnés autoproducteurs. Il reste entendu que les installations susceptibles d'injecter de l'énergie dans le réseau de l'ONE doivent remplir un certain nombre de conditions techniques destinées essentiellement à éviter toute perturbation dans l'alimentation du réseau et de l'abonné Iui-même.

- Reste à savoir si l'ONE va accorder des prix de rachat qui permettront aux producteurs privés d'amortir leurs investissements

- Pour encourager la mobilisation

des investissements nécessaires à l'auto production, l'Office est disposé à rémunérer l'énergie injectée dans le réseau suivant une tarification incitative en fonction essentiellement de:

- la nature de la puissance mise à la disposition de I'ONE selon qu'elle est garantie par l'abonné ou non,

- du niveau de tension de la fourniture,

- des heures de fourniture d'énergie, les tarifs étants différenciés par postes horaires (heures creuses ou heures pleines),

- des pertes réseaux qui sont générées par le transport et la distribution de l'énergie électrique déversée dans le réseau ONE.

Il est entendu que la rémunération doit être également intéressante pour l'ONE sur le plan économique.

- Est-ce qu'on pourrait assister à une remise en cause du monopole de distribution de l'ONE?

- L'Office possède l'exclusivité de l'aménagement des moyens de production d'énergie électrique d'une puissance supérieure à 300 kW, mais comme je l'ai souligné auparavant, cette exclusivité reçoit des tolérances pour encourager l'auto production et la cogénération en particulier.

La distribution de l'énergie électrique est assurée soit directement par l'ONE, notamment en zone rurale, soit par des Régies Municipales ou Intercommunales dans les grands centres.

Par conséquent, l'Office n'a pas le monopole de la distribution, et si quelqu'un peut assurer le service dans les mêmes conditions de qualité, de continuité et de coût, il demeure le bien

venu. La production autonome, dans le cadre de la cogénération par exemple, n'est envisageable que pour assurer les besoins exclusifs des abonnés autoproducteurs. L'excédent éventuel est injecté dans le réseau ONE. La distribution d'énergie à des particuliers est exclue. Dans ces conditions, il n'y a aucune interférence des abonnés autoproducteurs dans la distribution de l'énergie électrique.

- Pouvez-vous nous résumer la position de l'Office vis-à-vis des producteurs privés?

- L'Office est sensible aux avantages multiples que procure la production autonome et la cogénération en particulier. Ainsi, une mobilisation maximale des ressources nationales, un rendement global élevé dans la cogénération, une production décentralisée de l'électricité... constituent une série d'avantages. Pour cette raison, l'Office a toujours encouragé la production autonome.

Propos recueillis

par Naïma HADER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc