×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Energie: Comment sensibiliser Baraka?

    Par L'Economiste | Edition N°:2657 Le 22/11/2007 | Partager

    . La fédération rencontre demain le ministre . Dépoussiérer les dossiers en souffrance COMBIEN de temps encore le gouvernement usera de la compensation pour résoudre des problèmes à la fois conjoncturels et structurels? Personne ne le sait. Le tout nouveau ministre des Affaires économiques et générales vient d’en donner la preuve. En réponse à une question orale à la Chambre des conseillers sur la hausse des hydrocarbures, le 20 novembre, Nizar Baraka a rappellé que près de 6,7 milliards de dirhams ont été alloués à la subvention des hydrocarbures dans le projet de loi de Finances 2008, sur les 20 milliards réservés aux produits de base. Mais il en faudra beaucoup plus pour satisfaire la fédération de l’Energie. Les membres de son bureau seront reçus demain, vendredi par le ministre. Pour leur président, Moulay Abdellah Alaoui, il s’agit d’une réunion de sensibilisation aux problèmes de la profession. «Beaucoup de questions concernant l’énergie ont fait l’objet de projets de loi, mais ils sont restés dans les tiroirs», dénonce Alaoui. Pour la Fédération comme pour nombre d’opérateurs économiques, trop c’est trop. Le code de l’électricité, le code gazier et le décret devant porter l’autoproduction de 10 à 50 MW peinent à voir le jour.En attendant, Baraka fait comme ses prédécesseurs en usant des formules toutes faites: «Le gouvernement a traité et continuera à traiter la hausse exorbitante des prix des hydrocarbures avec toute responsabilité afin de préserver le pouvoir d’achat des citoyens et de renforcer la compétitivité du tissu économique national». Ne dit-on pas que «le défaut du capitalisme, c´est qu’il répartit inégalement la richesse et que la qualité du socialisme, c´est qu’il répartit également la misère?». Difficile de cantonner le ministre des Affaires économiques et générales dans l’un ou l’autre camp, tant la subvention ne fait aucune différence entre les bénéficiaires. Reste à espérer que les Assises annoncées pour 2008 par le ministre des Finances Salheddine Mezouar sur la réforme de la Caisse de compensation aboutissent à du concret (voir L’Economiste du 20 novembre). Qu’à cela ne tienne!.La Fédération de l’énergie n’attendra pas les promesses de Mezouar, ni l’issue de ces Assises. Parmi les sujets qu’elle abordera demain avec Baraka, figure la question de la réforme de la Caisse. Ses membres restent convaincus que le bon usage de la compensation permettra de réduire considérablement les sommes allouées.


    Feuille de route

    LA Fédération n’en démord pas. Elle dévoilera ses 8 propositions à Baraka. La libéralisation du secteur de l’électricité, qui pour elle constitue la première étape dans le processus des réformes en faveur de ce marché. L’intégration régionale des systèmes d’approvisionnement et de distribution de l’énergie, deuxième étape dans le processus de réforme des marchés de l’énergie devant concerner notamment le gaz et l’électricité, en raison de l’étroitesse du marché national. Il y a aussi la mise en place de la vérité des prix, la préservation de l’environnement ou encore la maîtrise de l’énergie, en impliquant davantage les opérateurs. Le mix énergétique, pour assurer l’approvisionnement, la promotion du débat sur la question des choix énergétiques et la réforme de la Caisse de compensation sont les autres chapitres de la feuille de route de la fédération.Bachir THIAM

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc