×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
International

Encore des enquêtes sur des analystes vedettes de Wall Street

Par L'Economiste | Edition N°:1431 Le 07/01/2003 | Partager

. La NASD s'intéresse aux supérieurs d'un ex-analyste de Merrill Lynch. L'exigence de transparence née du scandale Enron continue de faire des émulesL'association américaine des courtiers en actions (NASD), qui préparerait une procédure à l'encontre de l'ancien analyste vedette de Merrill Lynch Henry Blodget au sujet de ses recommandations, porte désormais son attention sur ses supérieurs, rapporte lundi le Wall Street Journal. La NASD recueillera prochainement le témoignage d'Andrew Melnick, responsable de l'analyse financière chez Merrill ayant supervisé Blodget, selon des sources proches du dossier citées par le quotidien. Melnick a quitté Merrill l'année dernière pour codiriger l'analyse financière chez Goldman Sachs. Blodget a passé trois ans au sein de Merrill. La procédure de la NASD porte sur des notes de recherche publiées par Blodget au plus fort de la bulle Internet, l'ex-analyste de Merrill étant soupçonné d'avoir, comme d'autres, émis des recommandations favorables sur des valeurs de la «nouvelle économie« dans le but d'apporter des contrats de banque d'affaires à son établissement. La NASD essaie notamment de déterminer si les patrons de Blodget ont été suffisamment attentifs aux recommandations d'actions émises par les analystes, note le rapport. Melnick n'a pour l'instant reçu aucune indication laissant penser que les autorités boursières envisagent de l'attaquer en justice et on ne sait pas vraiment s'il existe une enquête uniquement centrée sur ses activités, précise l'article. Deepak Raj, autre supérieur de Blodget, sera lui aussi entendu par la NASD, selon une source proche de l'enquête. Une procédure similaire à celle contre Blodget avait été enclenchée à la fin juillet à l'encontre d'un autre analyste vedette de Wall Street à la fin des années 90, Jack Grubman de Salomon Smith Barney. Grubman, qui a depuis quitté Salomon, a accepté le mois dernier de verser une amende de 15 millions de dollars dans le cadre d'un accord négocié qui lui interdit toute activité liée aux marchés d'actions.Depuis l'affaire Enron, les banques d'affaires se trouvent dans le collimateur de la justice et de l'autorité de régulation de la Bourse. La Security Exchange Commission (SEC) avait décidé depuis plusieurs mois de lancer une enquête sur les analystes financiers et leurs conflits d'intérêt potentiels. Appelés à se prononcer sur la valeur boursière des entreprises, ces spécialistes sont en effet salariés de banques d'affaires auxquelles font parfois appel ces mêmes entreprises pour leurs opérations d'introduction en bourse ou de fusion-acquisition. En principe, le département de recherche financière et la division banque d'investissement d'une banque d'affaires se doivent d'être étanches. La profession a même défini le concept de “Muraille de Chine” qui garantit l'indépendance des analystes vis-à-vis des pressions commerciales de la division investissement et prévient, en retour, les éventuels délits d'initiés (fuite d'informations en vue d'une spéculation ponctuelle). Mais le principe n'est pas aussi respecté qu'il le devrait. La SEC avait d'ailleurs décidé d'introduire deux mesures spectaculaires: d'abord, obliger les analystes à divulguer le contenu de leurs portefeuilles d'étude et ensuite, les empêcher de vendre un titre s'ils le recommandent à l'achat.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc