×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    En plus de la promotion industrielle : L'ODI veut se positionner en banque de données

    Par L'Economiste | Edition N°:181 Le 25/05/1995 | Partager

    Le portefeuille de l'ODI est de 328,7 millions de Dirhams. Il est constitué à plus de 85% par les filiales et 20% par les prises de participation directes. A côté, il mène une activité de promotion des secteurs industriels aussi bien au niveau national qu'international.


    L'Office de Développement Industriel (ODI) vient de publier son rapport d'activité pour l'année 1993. Le portefeuille ODI à fin décembre de la même année s'élève à un peu plus de 328,7 millions de DH. Il est constitué à 85,47% par les filiales et 20,72% par les prises de participations directes. La participation moyenne de l'ODI est de 33,59%. Au niveau des filiales, cette part varie entre 97,52% pour Sicor qui constitue un maximum et 42,86% pour Sonafap qui est un minimum.
    Les entreprises filiales de l'ODI sont au nombre de neuf. Quant aux prises de participations, elles concernent 4 secteurs d'activités: l'agro-industrie, le textile et cuir, l'électro-mécanique et les matériaux de construction. L'ODI est fortement présent dans le secteur du textile et cuir.

    A côté de cela, l'ODI possède une partie du capital de sociétés d'investissement comme Salima Holding ou dans des sociétés d'études et d'ingénierie comme Aga Ingénierie.
    L'année 1993 s'est caractérisée pour le portefeuilles-titres de l'ODI, par la privatisation de la participation au capital de 4 des sociétés filiales et affiliées qui sont la Soders, la CIOR, la SNEP et Chelco. Ces transferts ont permis de générer 1.215 millions de DH de recettes, plus-values de cession comprises.
    Parallèlement à sa contribution à ces opérations de privatisations, l'ODI a concentré ses efforts dans la promotion et la recherche des repreneurs pour le reste des filiales à privatiser. Il a été proposé un plan de restructuration pour celles en difficulté.

    Etude de préfaisabilité


    Durant cette même année, l'Office a maintenu ses activités promotionnelles, aussi bien en ce qui concerne le développement des investissements privés et l'appui à la PMI qu'au niveau de l'action régionale. Dans ce domaine, l'ODI se positionne comme "banque de données" qui recueille et traite les informations nécessaires à l'investisseur et à la création d'entreprises, notamment la PMI. L'ODI diffuse les informations aux promoteurs potentiels sous forme de supports documentaires spécialisés ou lors de contacts.
    En tant qu'appui aux investisseurs, l'ODI a effectué des études de projets. Parmi celles-ci figurent l'étude de préfaisabilité du projet nitrate d'ammonium, de fil fantaisie, l'étude de filature cardée coton/acrylique, projet d'une unité de fabrication de chaussures et enfin une étude d'une unité de traitement et de conditionnement de miel. Dans ce même domaine, il effectue des études sectorielles, notamment sur les phytosanitaires, sur le froid industriel et enfin sur le marché du papier impression-écriture. Il en profite pour actualiser en 1993 les études sur la filière avicole et les cultures sous-serre.
    Au niveau régional, cette même année, l'action de l'ODI a porté sur l'identification, l'étude et la promotion de nouvelles opportunités d'investissements industriels dans plusieurs régions. L'Office a ainsi entamé une étude d'impact de l'université Al Akhawayn sur la ville d'Ifrane et sa province. Parallèlement, il a participé dans le cadre du CNJA aux réunions du comité de suivi du Programme d'Information et d'Assistance à la création d'entreprises.

    Prospection du marché international


    Au niveau international, l'ODI renforce sa coopération avec nombre d'organismes étrangers pour la promotion des opérations d'investissement et de partenariat industriel entre entrepreneurs de différents pays. C'est ainsi qu'il s'associe côté espagnol avec la BEX (Banco Exterior), côté italien avec l'institut national pour le commerce extérieur, côté allemand avec la DEG (institut d'investissement allemand). Ce dernier, depuis son démarrage en 1985, a contribué à réaliser une vingtaine de projets dans différents secteurs, totalisant un investissement global d'environ 300 millions de DH, soit près de 60% de la participation allemande. En France, la délégation de l'ODI a contribué à la réalisation de 20 projets industriels en partenariat avec des entrepreneurs européens, pour un montant d'investissement de 125 millions de DH. Dans le cadre de la coopération technique Sud-Sud, l'Office a pratiquement achevé en 1993 la mise au point d'un mécanisme d'assistance et de promotion des PME adapté aux besoins des pays en développement. Les premières interventions ont permis une meilleure prospection du marché international de l'ingénierie du développement, de promotion et d'assistance des PME.
    En coordination avec la Bourse Nationale de Sous-Traitance, il a participé aux travaux du comité de préparation du stand Maroc à la Foire de Hanovre en Allemagne. En collaboration avec notamment la BEX, il a animé plusieurs manifestations à caractère industriel dans différentes villes espagnoles.

    Fatima MOSSADAQ.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc